Accueil / International / Hydrogène vert: Lancement de la deuxième promotion d’un master germano-africain
POLYCOPIÉ - La deuxième promotion du master germano-africain en énergie et technologie de l'hydrogène vert a été lancée le 13 novembre à l'université de Lomé (Togo). Photo: WASCAL /Photo de presse/dpa

Hydrogène vert: Lancement de la deuxième promotion d’un master germano-africain

Ce master est parrainé et financé par le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la recherche (BMBF).

 

Le Centre ouest-africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL), une organisation créée dans le cadre d’un partenariat entre l’Allemagne et la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a lancé le 13 novembre à l’université de Lomé (Togo) la deuxième promotion du master germano-africain en énergie et technologie de l’hydrogène vert. Cette promotion est composée de 72 chercheurs issus des 15 pays membres de la CEDEAO, a indiqué WASCAL.

 

Le « programme international de master en énergie et technologie de l’hydrogène vert » (IMP-EGH) s’étalera sur quatre semestres (deux ans) et sera dispensé au Sénégal, au Togo, au Niger, en Côte d’Ivoire et en Allemagne, a-t-on ajouté. Le quatrième semestre sera consacré à la recherche sur l’énergie et l’hydrogène vert et à un stage en Allemagne. En octobre, WASCAL a annoncé la sortie de la première promotion du master, composée de 59 chercheurs.

 

Le programme IMP-EGH est parrainé et financé par le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la recherche (BMBF) qui a accordé des bourses aux chercheurs, sélectionnés à l’issue d’un appel à candidatures. Ce programme, géré dans le cadre d’un partenariat entre WASCAL et des universités allemandes et ouest-africaines, est conçu pour préparer et former une nouvelle génération de professionnels interdisciplinaires capables de proposer des solutions adaptées aux défis énergétiques de l’adaptation et de la résilience au changement climatique en Afrique de l’Ouest, selon le BMBF. Il s’agit aussi de fournir une formation sur les outils de pointe utilisés dans l’énergie renouvelable, la technologie de l’hydrogène vert et la politique économique en vue de former des ressources humaines adéquates pour stimuler le secteur de la technologie de l’énergie et guider la formulation de politiques en Afrique de l’Ouest.

 

Le programme IMP-EGH constitue la première phase d’une initiative du BMBF pour explorer le potentiel de la production d’hydrogène vert à partir d’énormes sources d’énergie renouvelable en Afrique. En effet, la stratégie du gouvernement fédéral allemand sur la production de l’hydrogène vert a défini l’Afrique comme un partenaire important en matière de production et d’exportation de cette énergie, obtenue avec de l’électricité renouvelable. Ne disposant pas de possibilités suffisantes pour produire, stocker et transporter des énergies renouvelables pour produire de l’hydrogène vert, l’Allemagne cherche des pays partenaires riches en superficie, en ensoleillement et très venteux pour produire l’hydrogène vert en quantité suffisante.

 

Organisation internationale, entièrement ouest-africaine, WASCAL a été créé en 2012, sous l’égide de la CEDEAO, pour pallier les insuffisances des capacités scientifiques de l’Afrique de l’Ouest en matière de climat et d’e-services. Cofinancée par l’Allemagne à travers le BMBF, l’organisation a pour mandat d’améliorer la résilience des systèmes humains et environnementaux de la sous-région au changement climatique.

 

Avec dpa-news

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Présidentielle au Sénégal : 15 candidats réclament l’élection avant la fin du mandat de Sall

Quinze des 20 candidats retenus en janvier pour la présidentielle sénégalaise réclament que l’élection ait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *