Accueil / Société / Grève des enseignants-journée ville morte à Kindia: les écoles fermées, la ville paralysée

Grève des enseignants-journée ville morte à Kindia: les écoles fermées, la ville paralysée

Le refus du gouvernement guinéen d’aller sur la table de négociation avec le secrétaire général du bureau exécutif nation du SLECG, Aboubacar Soumah, impact le secteur éducatif à Kindia. Le mot d’ordre de grève du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) a été suivi à la lettre dans sa troisième phase ce lundi 26 février dans plusieurs écoles publiques privées et des institutions d’enseignements techniques et professionnels, a constaté notre correspondant. 

Plusieurs écoles de la commune urbaine de Kindia sont encore restées fermées ce lundi et les enseignants continuent sur leurs décisions en boudant les cours, jusqu’à la satisfaction totale des points de revendications contenus dans l’avis de grève du 12 février.

D’après nos constats sur le terrain, du collège Kindia 4, collège Tafory, en passant par le lycée 28 septembre, à l’école primaire de Manquépas, jusqu’au lycée Sambaya, les cours n’ont pas été repris. On ne remarque que, la présence de quelques encadreurs et peu d’élèves. Au niveau des écoles d’enseignement techniques et professionnelles de Kindia, comme à l’École nationale de la santé, à l’ENI et au CFP, c’est le même constat. Dans ces écoles d’enseignement technique et professionnel, les élèves ont été libérés par leurs responsables pour ne pas être victime d’attaques de la part des autres élèves.
Interrogé, un responsable de l’école primaire de manquepas dit ceci « c’est depuis le matin je suis présent à l’école. Mais je n’ai vu aucun enseignant, cela joue sur l’évolution des cours surtout dans le programme. Puisque les cours sont répartis sur 9 mois. Donc les enseignants n’ont qu’à chercher à rejoindre les classes, ce sera bon pour nos enfants » dit-il.
Pour certains élèves, la situation est devenue inquiétante, pour ne pas dire que cette année sera une année blanche.
« Ce fait plus de deux semaines on ne fait pas cours et cela va jouer sur notre formation surtout ceux qui font l’examen. Donc il est important que les responsables du SLECG et l’État acceptent de s’entendre pour le bien des élèves et de nos professeurs pour qu’on ne fasse pas une année blanche » souligne Mamady Keita élève.

À noter que le directeur préfectoral de l’éducation de Kindia ne s’est pas prêté aux questions des journalistes sur le sujet.

Quant au bureau préfectoral du SLECG Kindia dirigé par Oumar Tounkara a décidé d’observer le mouvement jusqu’à la suspension de la grève par le secrétaire général du bureau exécutif national Aboubacar Soumah.

 

 

Mohamed Homo pour Guineequotidien 

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée/Sécurité : le nouveau Directeur de la DPJ installé dans ses fonctions

Nommé le 03 décembre dernier par décret présidentiel, le tout nouveau Directeur général de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.