Accueil / Société / Tenue à Kindia d’un atelier sur la protection des droits des personnes atteintes d’albinisme en Guinée

Tenue à Kindia d’un atelier sur la protection des droits des personnes atteintes d’albinisme en Guinée

Le haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en Guinée, en collaboration avec le ministère de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’Enfance a organisé mardi 13 mars 2018 à Kindia deux jours d’activités qui s’inscrit dans le cadre de la protection des droits des personnes en situation de vulnérabilité y compris les personnes vivantes avec l’albinisme, rapporte notre correspondant.

Objectif, sensibiliser les cadres de l’administration publique guinéenne, les organisations de défense des droits des personnes atteintes d’albinisme et les partenaires au développement sur l’albinisme et le cadre de protection, mais aussi finaliser et valider techniquement le draft l’avant-projet de loi portant la promotion et la protection des droits des personnes atteintes d’albinisme en Guinée.

À l’entame de son discours, la représentante adjointe du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, Marie Amelie a expliqué que cette initiative s’inscrit dans le cadre du mandat du haut-commissariat, car les albinos comme en Guinée et dans le monde constitue une priorité parmi les groupes vulnérables.

« Pendant de longues années, leurs dignités n’ont pas été mises en exergue, donc, il y a eu des activités de sensibilisation sur la situation de ces personnes vulnérables, qui a recommandé que la Guinée se dote d’un cadre juridique plus protecteur et promoteur des droits des albinos. Nous espérons qu’une fois ce cadre est mis en place, les difficultés auxquelles les albinos sont confrontées, surtout en ce qui concerne leurs stigmatisations en matière d’éducation et intégration sociale vont diminuer ». explique Marie Amélie.

De son côté, le directeur national de l’action sociale de la promotion féminine et de l’enfance, Moussa Traoré a d’abord remercié et témoigné toute sa reconnaissance au haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, pour son appui technique et financier pour la tenue de ladite rencontre.

« Force est de reconnaître que dans nos sociétés, certaines considérations traditionnelles et religieuses continuent à soutenir, que l’albinisme est une malédiction ou pire de fardeau d’un péché. Les personnes atteintes de l’albinisme, constituent une catégorie de laisser pour contre, provoquant ainsi leurs marginalisations. C’est en cela que je salue cette démarche, qui nous permettra de disposer des documents de travail, pour les prochaines étapes devant nous conduire à l’obtention d’un projet de loi digne de nom ».

« Les résultats attendus au sortir de cette rencontre sont entre autres : avoir une meilleure connaissance du cadre juridique nationale et internationale de protection des personnes atteintes d’albinisme ; les dispositions pertinentes de la direction universelles des droits de l’homme ; avoir une connaissance approfondie de l’albinisme ». conclut-il Moussa Traoré le directeur national

 

 

Mohamed Homo pour Guineequotidien

A propos guiquo-admin

Check Also

MOHAMED BEAVOGUI : « Dans nos cultures, il y a des réponses à nos problèmes »

Le Premier ministre Mohamed Béavogui a reçu en audience lundi 16 mai 2022 les chefs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.