Accueil / Société / Kindia: tenue d’une session de formation à l’intention des cadres impliqués dans la planification de développement sur l’intégration de la gestion des risques de catastrophes

Kindia: tenue d’une session de formation à l’intention des cadres impliqués dans la planification de développement sur l’intégration de la gestion des risques de catastrophes

Le ministre du plan et du développement économique en collaboration avec le système des Nations unies, a organisé lundi 24 septembre 2018 à Kindia, deux jours de session de formation à l’intention des cadres impliqués dans la planification de développement sur l’intégration de la gestion des risques de catastrophes.

Objectif, améliorer les connaissances techniques des cadres nationaux sur l’intégration de la réduction des risques de catastrophes dans la planification du développement.

À l’occasion de l’ouverture des travaux, le représentant de la coordinatrice du système des Nations unies Unies IRIE Mthurin Boué, a tout d’abord rappelé le rôle principal de son institution dans le cadre du renforcement de capacités des cadres nationaux.

« Pour avoir une administration forte, il faut renforcer la capacité des cadres nationaux. C’est ce qui a motivé le bureau de la coordination qui coordonne toutes les activités des Nations unies dans un pays, d’organiser avec le ministère du plan en Guinée cette activité. La gestion de catastrophes peut révéler la faiblesse des structures nationales à l’intégration des questions de gestion des catastrophes dans les documents stratégiques. Pour remédier à cette faiblesse, nous avons accompagné le ministère du plan et du développement économique pour renforcer les membres. » Précise-t-il.

De son côté le conseil principal de madame la ministre du plan et du développement économique Docteur Félix Tenquiano, cette formation permettra d’apprécier les indicateurs d’effets.

« Le plan devrait apporter plus dans la prévention et la gestion des catastrophes. Mais nous nous sommes rendu compte lors de la première évaluation de la mise en œuvre en 2017. Les informations qui nous permettrons d’apprécier les indicateurs d’effets de ce domaine, c’est-à-dire, la gestion des risques étaient faibles. Donc nous nous sommes poser la question qu’elle est le meilleur moyen pour avoir désormais toute la statistique nécessaire afin de pouvoir apprécier les progrès qui sont faites dans le domaine de la prise en compte des risques dans le plan de développement. Alors la meilleure manière c’est de renforcer la capacité de ceux qui nous informent. C’est pourquoi nous avons initié cette formation en collaboration avec le système des Nations unies pour qu’il nous donne des outils d’appréciation de l’évaluation de ce phénomène en Guinée. » Conclut Félix Tenquiano

 

Mohamed Homo pour Guineequotidien

 

A propos guiquo-admin

Check Also

MOHAMED BEAVOGUI : « Dans nos cultures, il y a des réponses à nos problèmes »

Le Premier ministre Mohamed Béavogui a reçu en audience lundi 16 mai 2022 les chefs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.