Accueil / Politique / Mamadou Saïdou DIALLO alias “Dicko” : arrêté pour ses convictions démocratiques, devient-il le nouveau Lincoln Politique de la Guinée ?

Mamadou Saïdou DIALLO alias “Dicko” : arrêté pour ses convictions démocratiques, devient-il le nouveau Lincoln Politique de la Guinée ?

À la veille du lancements d’une série de manifestations et protestations du FNDC, un mouvement Citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques, obtenus dans le sang et la sueur de nos martyrs, plusieurs procureurs de la République ont unilatéralement pris la décision de déclencher des mandats d’arrêts contre les paisibles Citoyens, qui étaient dans un seul esprit Républicain, celui de la défense de la Constitution, et contre tout éventuel troisième mandat dorénavant en Guinée.

 

Tantôt qualifiés de rebelles, et récemment de terroristes, ce mouvement Citoyen reste droit dans ses bottes pour anéantir le pouvoir actuel dans sa logique anticonstitutionnelle.

 

Et paradoxalement, c’est ses membres qui subissent les conséquences de l’injustice, avec l’arrestation de plusieurs de ses membres, c’est le cas spécifique de Mamadou Saïdou DIALLO alias “Dicko”, le Lincoln politique de la Guinée, audacieux et persévèrent, il est parvenu à déjouer plusieurs tentatives d’assassinat contre les leaders de l’opposition républicaine lors des marches, sa tactique d’observation et d’alerte face aux pièges lancés par les forces de désordres sur les militants de la démocratie, font de lui très proche des premiers responsables politiques de l’opposition plurielles.

 

Aujourd’hui, son influence lui rapproche de très près de l’ensemble des militants de la démocratie, ce qui le permet d’être parmi ceux qui planifient de bout en bout, toutes les démarches politiciennes des manifestations pacifiques.

 

Toujours attaché aux idéaux de la paix et cohésion sociale, il n’a jamais tenté de motiver les militants de la démocratie à la violence démocratique. C’est pourquoi, il parvient à convaincre et motiver les jeunes et femmes dans son fief électoral.

 

Mais malheureusement, résidant dans une démocrature, un pays où les forces de défense et de sécurité peuvent expressément descendre dans un domicile privé, et violemment emmener leur cible sans aucune convocation, vers une destination inconnue, avec toutes les astuces liées aux tortures et intimidations, dans le but de renoncer au respect des lois de la République.

 

Dans un pays normal, ce système n’a pas sa place, puisqu’il est tout simplement stérile de sa méchanceté et son narcissisme.

 

Dans un pays normal, violenter un citoyen est un crime contre l’État de Droit. Par preuve, le titre (2) de notre Constitution parlant des Libertés, Devoirs et Droits Fondamentaux, plus précisément dans ses articles : ( 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 11 ) explicitent tous ces aspects, mais très malheureusement, c’est cette Constitution que la majorité des responsables  veulent renier pour une question d’intérêt personnel.

 

En moment précis, une série d’interpellation est lancée contre les plus influents des Gardiens de la Constitution, un livre politiquement et symboliquement sacré pour la pérennisation de Notre très cher État. Donc à force d’essayer de la piétiner, ceci peut-être qualifié comme un acte de Haute Trahison pour les membres du Gouvernement. Un acte de parjure pour le Président de la République.

 

Nous rappelons que Mamadou Saidou Diallo allias “Dicko”, malgré sa combativité politique, reste maladive, il a la tension artérielle, suivie de plusieurs autres maladies. Ce qui signifie, qu’en cas de torture, son état de santé risque de s’aggraver, et dans ce cas, Alpha Condé et tout son clan, risquent d’avoir leur mains tachées de sang, le sang d’un autre innocent qui lutte pour la sauvegarde des acquis démocratiques, pour la petite histoire Alpha Condé durant ses quarante années dans l’opposition, s’était battu pour les mêmes causes. Avant de changer de veste politique durant ses années de pouvoir et gloire.

 

Par devoir de mémoire, nous devons aussi rappeler au Président de la République, que durant de longues années, Mamadou Saidou Diallo allias Dicko fut le patron de son petit frère, feu Malick Condé, dans une entreprise à Sig Madina.

 

Ainsi, à force de l’arrêter, le Président de la République risque gros, une série de déballages sur lui, pointent à l’horizon.

 

 

Ousmane Keita.

Citoyen de la République.

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Elections législatives : Projet d’activités proposées par la Haute Autorité de la Communication

La Haute Autorité de la Communication, organe de régulation des médias, est une institution constitutionnelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.