Accueil / Société / Guinée/Société civile : quand le mercantilisme voile la conscience de certains acteurs ?

Guinée/Société civile : quand le mercantilisme voile la conscience de certains acteurs ?

Ce samedi 21 novembre 2020, la salle de conférence de la maison de la presse a accueilli des membres d’une Plateforme dénommée : Collectif des plateformes de la société civile guinéenne. Visiblement, ledit Collectif au nombre de quatre animé ledit point de presse pour prendre à contre pied, la sortie d’une autre Plateforme de la société civile composée cette fois-ci d’une quinzaine d’organisations qui était devant les hommes de médias à la maison de la presse, le 18 octobre 2020 dernier.

Coalition nationale des organisations de la société civile, (CONASOC); Maison des associations, ONG guinéenne, (MAOG); Plateforme nationale pour les initiatives civiles, (PNAPIC); Alliance futuriste en sont les membres dudit collectif.

Pour éviter les questions fâcheuses, l’un des organisateurs, Lansana Diawara de la MAOG a fait savoir aux journalistes qu’il n’y aura pas de questions, bien que la banderole indiquée que c’est une conférence de presse.

« C’est étonnant que les acteurs de la société civile évitent des questions, pendant qu’ils viennent faire savoir leur position sur la situation du pays », a fait remarquer un de nos confrères. Le modérateur, Alpha Diallo de la maison de la presse de chercher à maitriser le bateau qui tanguait, suite à l’agitation des journalistes : « mais je ne vous comprends pas ce matin. Acceptez, la liberté d’expression, ils sont libres. Si vous voulez, vous pourrez les prendre hors de cette salle ».

La tempête maitrisée, dame Saran Fofana de rendre public la déclaration du collectif. « La situation sociopolitique nationale préoccupe les Guinéens de tout bord, y compris le Collectif des plateformes de la société civile guinéenne », a-t-elle introduit. Et d’ajouter que les élections législatives-référendaire du 22 mars 2020 et celle du 18 octobre 2020 ont été émaillées de violences politiques.

Fidèle à sa mission de veille, poursuit Mme Fofana, d’alertes, d’interpellations et de propositions, tient ce point de presse pour sa contribution à un dénouement heureux de la situation sociopolitique en Guinée.

Tout en tant précisant qu’ils ne sont pas pour le consensus, qui dit-il, ne favorise pas le respect des lois.

« Le Collectif se désolidarise de toute idée de dissolution d’une quelconque institution de la République qui pourrait être assimilée à un coup d’Etat institutionnel », dit-elle.

Avant de se contredire en ces termes : « Il est inopportun d’envisager une quelconque révision de la Constitution actuelle. Cependant, le Collectif souhaite dans l’avenir, l’introduction de la candidature indépendante au cours d’une prochaine révision ».

 

Atemp Aka Dabaga pour Guineequotidien.com    

A propos guiquo-admin

Check Also

Kindia: Le PNUD organise la formation des encadreurs et instructeurs du Centre d’Entrainement aux Opérations de Maintien de la Paix (CEOMP) SAMOREYAH

La formation des encadreurs et instructeurs du Centre d’entrainement aux opérations de Maintien de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.