Accueil / International / Haïti: les obsèques de Jovenel Moïse fixées au 23 juillet, Jean Bertrand Aristide de retour

Haïti: les obsèques de Jovenel Moïse fixées au 23 juillet, Jean Bertrand Aristide de retour

Le président haïtien assassiné, Jovenel Moïse, sera enterré le 23 juillet dans la ville du Cap-Haïtien, dans le nord du pays, a déclaré vendredi un membre du comité officiel d’organisation des funérailles.

Les membres du comité de planification des funérailles sont le Premier ministre par intérim Claude Joseph, les ministres de la défense, de la culture et de la communication, et de l’intérieur, le directeur du cabinet, le secrétaire général de la présidence et le directeur général du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH).

Trois événements sont prévus. D’abord le 20 juillet, une cérémonie officielle en hommage à la vie de Jovenel Moïse aura lieu au MUPANAH. Ensuite, le 22 juillet, la veillée funèbre du président aura lieu. Enfin, l’inhumation interviendra le 23 juillet.

La première dame, Martine Moïse, suit toujours des soins à Miami, aux États-Unis, où elle avait été évacuée d’urgence pour des blessures par balle subies lors de l’attaque qui a tué son mari le 7 juillet. Elle prévoit toutefois de rentrer en Haïti pour les funérailles, selon le Premier ministre.

Le Premier ministre par intérim a déclaré que le président assassiné avait exprimé le souhait d’être enterré à côté de son père dans le nord d’Haïti. Les détails ont été inclus dans un décret officiel du gouvernement publié le 11 mars 2020, relatif à l’enterrement des chefs d’État, a déclaré aux journalistes le ministre de la culture et de la communication, Pradel Anriquez.

« Le gouvernement haïtien dans son ensemble s’engage à donner au président des funérailles appropriées », a-t-il ajouté.

L’ex-président Aristide de retour en Haïti

Ailleurs dans la capitale, un groupe de partisans de l’ancien président Jean Bertrand Aristide est descendu dans la rue pour saluer son retour en Haïti après un séjour à Cuba pour des soins médicaux. Les fans de l’ancien président ont brandi des drapeaux haïtiens, des drapeaux blancs, des branches d’arbres fraîchement cueillies, des pancartes faites maison et ont joué de la musique festive traditionnelle « rara » en attendant de le voir.

Haïti: les obsèques de Jovenel Moïse fixées au 23 juillet, Jean Bertrand Aristide de retour

Des hommes placent un portrait du défunt président haïtien Jovenel Moïse avec une citation de lui qui se lit en créole "J'ai essayé, n'abandonnez pas. Continuez la bataille" à un mémorial devant le Palais présidentiel, à Port-au-Prince, Haïti le 14 juillet 2021.
Des hommes placent un portrait du défunt président haïtien Jovenel Moïse avec une citation de lui qui se lit en créole « J’ai essayé, n’abandonnez pas. Continuez la bataille » à un mémorial devant le Palais présidentiel, à Port-au-Prince, Haïti le 14 juillet 2021.

Le président haïtien assassiné, Jovenel Moïse, sera enterré le 23 juillet dans la ville du Cap-Haïtien, dans le nord du pays, a déclaré vendredi un membre du comité officiel d’organisation des funérailles.

Les membres du comité de planification des funérailles sont le Premier ministre par intérim Claude Joseph, les ministres de la défense, de la culture et de la communication, et de l’intérieur, le directeur du cabinet, le secrétaire général de la présidence et le directeur général du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH).

Trois événements sont prévus. D’abord le 20 juillet, une cérémonie officielle en hommage à la vie de Jovenel Moïse aura lieu au MUPANAH. Ensuite, le 22 juillet, la veillée funèbre du président aura lieu. Enfin, l’inhumation interviendra le 23 juillet.

La première dame, Martine Moïse, suit toujours des soins à Miami, aux États-Unis, où elle avait été évacuée d’urgence pour des blessures par balle subies lors de l’attaque qui a tué son mari le 7 juillet. Elle prévoit toutefois de rentrer en Haïti pour les funérailles, selon le Premier ministre.

Le Premier ministre par intérim a déclaré que le président assassiné avait exprimé le souhait d’être enterré à côté de son père dans le nord d’Haïti. Les détails ont été inclus dans un décret officiel du gouvernement publié le 11 mars 2020, relatif à l’enterrement des chefs d’État, a déclaré aux journalistes le ministre de la culture et de la communication, Pradel Anriquez.

« Le gouvernement haïtien dans son ensemble s’engage à donner au président des funérailles appropriées », a-t-il ajouté.

L’ex-président Aristide de retour en Haïti

Ailleurs dans la capitale, un groupe de partisans de l’ancien président Jean Bertrand Aristide est descendu dans la rue pour saluer son retour en Haïti après un séjour à Cuba pour des soins médicaux. Les fans de l’ancien président ont brandi des drapeaux haïtiens, des drapeaux blancs, des branches d’arbres fraîchement cueillies, des pancartes faites maison et ont joué de la musique festive traditionnelle « rara » en attendant de le voir.

L'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide salue ses partisans lors d'un rassemblement du parti Fanmi Lavalas au Village de la Renaissance, dans la banlieue de Port-au-Prince, en Haïti, le 6 novembre 2016.
L’ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide salue ses partisans lors d’un rassemblement du parti Fanmi Lavalas au Village de la Renaissance, dans la banlieue de Port-au-Prince, en Haïti, le 6 novembre 2016.

Aristide a été le premier président haïtien démocratiquement élu après que le dictateur Jean-Claude Duvalier ait été chassé du pouvoir en 1986.

Il a gouverné Haïti du 7 février au 30 septembre 1991, date à laquelle il a été renversé par un coup d’État militaire. Après avoir vécu en exil aux États-Unis pendant trois ans, il est revenu diriger Haïti d’octobre 1994 à 1996.

Un an plus tard, il crée le parti politique Fanmi Lavalas (Famille Lavalas). Il s’est présenté comme candidat à la présidence et a gagné en 2000. (La constitution haïtienne interdit aux chefs d’État d’exercer des mandats consécutifs).

En juillet 2001, Aristide a été chassé par un autre coup d’État militaire et a vécu en exil en Afrique du Sud jusqu’au printemps 2011, lorsqu’il a été autorisé par le président de l’époque, Michel Martelly, à rentrer à Port-au-Prince. Il est resté le plus souvent loin des projecteurs, mais son parti reste actif en politique.

« Le président qui nous aimait vraiment et qui était le leader le plus capable de nous diriger a été évincé du pouvoir par les colons lors d’un coup d’État. Espérons que le peuple haïtien voit maintenant clairement ce qui se passe », a déclaré à VOA Créole un partisan d’Aristide, qui se tenait sur le côté de la route de l’aéroport pour accueillir l’ancien président.

 

Avec VOA

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Transition énergétique: L’Allemagne ouvre un bureau pour l’hydrogène au Nigéria

Berlin déploie des « bureaux » pour sa politique étrangère de l’hydrogène dans des pays …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.