Accueil / Economie / BAD : L’Afrique a besoin de financements climatiques « massifs
ARCHIVE - L'Afrique est la région du monde la plus affectée par les effets du changement climatique, qui se traduisent souvent par des inondations meurtrières, des cyclones tropicaux et des sécheresses récurrentes. Foto: picture alliance/Ingo Wagner/dpa

BAD : L’Afrique a besoin de financements climatiques « massifs

L’Afrique est la région du monde la plus affectée par les effets du changement climatique. Toutefois, elle ne perçoit que trois pour cent seulement de la finance climatique mondiale.

 

Pour lutter contre le changement climatique, l’Afrique a besoin de financements « massifs » : 118 à 145 milliards de dollars par an, d’ici 2030, selon Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Adesina intervenait au Sommet sur l’adaptation climatique en Afrique, organisé le 5 septembre au Pays-Bas par le Centre mondial pour l’adaptation (GCA). Alors qu’elle n’émet que quatre pour cent des gaz à effet de serre de la planète, l’Afrique est la région du monde la plus affectée par les effets du changement climatique, qui se traduisent souvent par des inondations meurtrières, des cyclones tropicaux et des sécheresses récurrentes.

 

« Neuf des dix pays les plus vulnérables au changement climatique dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne », a déploré Adesina. « Face à ce déferlement, l’Afrique ne dispose pas des ressources nécessaires pour lutter contre le changement climatique. Le continent ne perçoit que 3 pour cent de la finance climatique mondiale. Si la tendance se poursuit, le déficit de finance climatique de l’Afrique atteindra 100 à 127 milliards de dollars par an, d’ici à 2030 », a-t-il ajouté.

 

Selon les estimations de la BAD, l’Afrique a besoin, entre 2020 et 2030, de 1 300 à 1 600 milliards de dollars, soit 118 à 145 milliards de dollars par an, pour mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat et les « Contributions déterminées au niveau national » (CDN), a poursuivi Adesina. Adopté en décembre 2015, lors de la 21e Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21), l’Accord de Paris est un traité international juridiquement contraignant sur les changements climatiques.

 

Son objectif est de limiter, d’ici 2030, le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2, de préférence à 1,5 degré Celsius, par rapport au niveau préindustriel. Les CDN sont un outil permettant aux pays signataires de l’Accord de Paris de lutter contre les effets du changement climatique et contribuer à l’objectif mondial visant à limiter la hausse moyenne de température de la planète.

 

Avec dpa-news

A propos guiquo-admin

Check Also

Climat: La moitié des Africains sont conscients du changement climatique

Peu d’entre eux sont satisfaits des efforts des gouvernements, des entreprises et des pays développés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.