Accueil / Société / Lutte contre les MGF et les VBG en Guinée : la société civile et les religieux vers l’élaboration d’un guide

Lutte contre les MGF et les VBG en Guinée : la société civile et les religieux vers l’élaboration d’un guide

Dans le cadre de la lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF), la société civile en collaboration avec l’association des leaders religieux de Guinée a organisé samedi 3 mars dernier à Conakry, une rencontre de validation du guide de sermon sur les Violences Basées sur le Genre (VBG).

Objectif, élaborer une stratégie permettant de sensibiliser les citoyens sur les impacts liés au VBG notamment chez la jeune fille et à l’abandon des Mutilations Génitales Féminines en Guinée.

Dans son intervention, l’assistant de la coordinatrice du projet, Abdoulaye Kadiatou Touré, a souligné que cette action consiste à interpeller les citoyens et autorités pour un changement de comportement.

« L’objectif recherché, c’est de lutter contre les MGF et faire comprendre aux citoyens, que les Violences Basées sur le Genre sont entre autres, cette lutte qui nous emmène réellement à comprendre que ce fléau à un impact sur la vie de nos sœurs et mamans » .a déclaré Abdoulaye Kadiatou Touré, assistant de la coordinatrice du projet.

De son côté, le président de l’Association des leaders Religieux de Guinée (ALERGUI), Bourama Bamba Sidy Camara, compte lutter contre les MGF car, ce n’est pas un acte recommandé par la religion.

« L’excision par exemple, n’est pas un acte religieux, c’est un acte de coutume traditionnelle, qui a beaucoup duré dans la société. Mais dire que c’est un acte religieux, c’est ce qui fait que les gens lui accordent beaucoup d’importance. Il faut, que vraiment cela cesse, qu’on sache que ce n’est pas un acte religieux ». A déclaré Bourama Bamba Sidy Camara

Quant à Mariam Barry, l’effet des réseaux sociaux sur les violences dont les femmes font l’objet devrait être changé à travers l’application de la loi.

« Quand on voit ce qui se passe sur les réseaux sociaux et les chaines de télévisions sur les femmes, qui sont violentées, séquestrées et même tuées par leur soi-disant mari au nom d’une religion, c’est vraiment dommage » A- t- elle exprimé.

 

Ibrahima Camara

A propos guiquo-admin

Check Also

Manifestation du 14 octobre : « Il ne s’agit pas de détruire les biens des uns et des autres », dixit Mohamed Kaba

Le siège dudit parti a servi de cadre, le samedi dernier: le recensement électoral, la manifestation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.