Accueil / Société / Burkina Faso : les autorités dépassées face aux attaques jihadistes ?

Burkina Faso : les autorités dépassées face aux attaques jihadistes ?

Une semaine après l’attaque d’une gendarmerie dans le nord, Ouagadougou paraît dépassé par les attaques jihadistes. Les humanitaires peinent à faire leur travail alors que des milliers de personnes sont déplacées par les violences.

S’il n’y a eu aucune victime lors de l’attaque d’une gendarmerie dans le nord du Burkina Faso la semaine dernière, c’est parce que les gendarmes, surpassés en nombre, ont fui, permettant à un nombre inconnu de détenus de s’échapper. Cette attaque à Djibo, chef-lieu du nord du pays, région en proie à une guérilla jihadiste d’intensité croissante, est survenue quelques heures après l’arrivée à Ouagadougou du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Mouvement de troupes aux frontières

C’était la deuxième visite de Le Drian cette année, alors que la sécurité se dégrade. Le gouvernement semble impuissant face aux attaques répétées depuis le premier trimestre 2015. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises. L’attaque de Djibo est « catastrophique », juge une source diplomatique française de haut rang. « C’est clair que le Burkina est devenu le souci principal », devant le Mali, parmi les pays du G5 Sahel, alliance qui regroupe ces deux pays ainsi que le Niger, la Mauritanie et le Tchad.

Quelque 220 écoles sont fermées dans le nord du Burkina, et 40 000 personnes ont été déplacées dans la région, vers Djibo. Après le Nord, touché depuis 2015, c’est l’Est qui est maintenant frappé par des attaques jihadistes, menées notamment à l’aide d’engins explosifs artisanaux.

Dans cette région frontalière du Niger, peu densément peuplée, qui abrite des parcs nationaux, les ONG recommandent à leurs employés de rester dans les villes, par peur des mines. La série d’attaques de septembre n’a pas été revendiquée. Certains analystes y voient la main du groupe Ansarul Islam (basé dans le Nord), d’autres tiennent pour responsable le groupe Etat islamique au grand Sahara (EIGS), impliqué dans l’embuscade meurtrière contre des soldats américains au Niger en octobre 2017.

A la suite de cette flambée de violences, le Togo et le Bénin voisins ont commencé, selon une autre source diplomatique française, à envoyer des troupes vers leurs frontières nord. Des rencontres ministérielles entre le Burkina, le Niger, le Togo et le Bénin ont eu lieu à Ouagadougou la veille de la visite de Le Drian, pour parler stratégie et coopération contre la menace jihadiste.

Jeune afriquée

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Revue Sectorielle conjointe de l’Education et la formation – 2021: Discours d’ouverture du Président du CIPC de l’Education et de la Formation, le Ministre Guillaume Hawing

Discours d’ouverture du Président du Comité Interministériel de Pilotage et de Coordination (CIPC) de l’Education …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.