Accueil / Société / Conakry : Deux personnes dont une femme arrêtées pour la fabrication des faux billets de banque

Conakry : Deux personnes dont une femme arrêtées pour la fabrication des faux billets de banque

De nos jours, la Guinée est devenue un pôle d’attraction des fraudes de différents genres. Le cas le plus illustratif est celui de blanchement d’argent qui vient d’être saisis dans la maison de deux présumés dont une femme.
Ce vendredi 9 novembre 2018, le secrétariat général à la présidence, charge de la lutte contre le crime organisé a procédé à la présentation des deux présumés faiseurs de monnaies guinéennes arrêtées il y a quelques jours à Conakry. 
Selon François Soropogui commissaire chargé du dossier, le secrétariat général à la présidence, charge de la lutte contre le crime s’est toujours engagé dans la lutte contre ce genre de criminalité, en collaboration avec la Banque centrale et primaire.

« Nous avons constaté qu’au milieu des billets circulants injecter par notre banque, se trouvent d’autres billets qui sont de nature fausse, c’est qui nous a alertés et nous avons commencé par la mise en place d’une enquête. Après 2 mois d’intenses d’activités, nous avons puis localisé l’une des personnes chargées de la distribution, d’échange de ces fausses monnaies. Alors il s’agit d’une dame qui habite à Lansanayah Commune de Matoto aussi monsieur Alkaly Bangoura domicilié à Sangoyah.

« Ces deux personnes ont été arrêtées à domicile entrain de couper les faux billets. Suite à la fouille, nous avons retrouvé ses paires de ciseaux, avec lesquels elle se sert pour découper ces billets, des poudres serrent à rougir les billets afin de donner un caractère vieux aux billets pour tromper l’apparence. »

Pour le présumer faiseurs de faux billets, Alkaly BangouraAlias Décision, nationalité léonaise, diplômé en droit privé, il a reconnu les faits qui lui ont été reprochés tout en soulignant qu’il est cerveau de ce groupe.

« Cette dame était avec une équipe. Mais il y a eu de problème entre eux, le denier n’est plus en Guinée il s’appelle ‘’le prince « . Je ne suis pas le seul qui lui donne des faux billets à couper, mais, c’est chez moi que l’opération se passe à travers mon ami. Après je remets ces billets à cette dame pour couper. Je reconnais que nous travaillons ensemble depuis 6 mois. Quand je transporte chez elle, elle  me donne 100 mille francs guinéens et je lui retourne 1 million de francs guinéens c’est comme ça qu’on fait l’échange. »

Quant à M’Mahawa Sako, veuve, elle a expliqué qu’elle pratique cette activité pour nourrir ses enfants.
« Un jour, on était en voyage vers le Sénégal, dans la voiture mon amie m’a mis en contact avec ce réseau. Quand je lui donne 100 mille, il me donne 1 million je rentre au marché, j’achète des condiments, je paye ma location, le reste, je garde. J’ai 6 enfants mon mari est décédé, depuis 6 mois je suis dedans. Mais je regrette aujourd’hui pourquoi je suis dans cette affaire. »

 

Pour terminer, le représentant du gouverneur de la banque Centrale Francis Johnson, a rassuré que la BCRG va continuer à œuvrer pour améliorer la sécurité des billets de banque en Guinée et aussi informer la population pour qu’elle sache que la banque centrale travail avec le service de sécurité pour démasquer des fraudes.

 

Ibrahima Sory Camara

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Revue Sectorielle conjointe de l’Education et la formation – 2021: Discours d’ouverture du Président du CIPC de l’Education et de la Formation, le Ministre Guillaume Hawing

Discours d’ouverture du Président du Comité Interministériel de Pilotage et de Coordination (CIPC) de l’Education …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.