Accueil / Société / Vandalisme des installations de la société Guiter Mining : la Jeunesse CEDEAO interpelle le gouvernement à réagir

Vandalisme des installations de la société Guiter Mining : la Jeunesse CEDEAO interpelle le gouvernement à réagir

Quelques jours après l’attaque des biens matériels de la société de Kaba Guiter, dans la préfecture de Kerouane le 14 novembre dernier, qui a conduit la destruction des matériaux de cette société, la jeunesse CEDEAO a fait une déclaration lundi 19 novembre 2018 à Conakry pour condamner fermement ce vandalisme et interpeler le gouvernement à réagir plus vite possible. 

Dans cette déclaration lue Tamba Alima Kamano, responsable au sein de ladite structure, il est mentionné que depuis cette date, aucune autorité n’a jusque-là daigné se rendre dans cette localité pour constater les dégâts, aucune enquête n’a aussi été diligentée pour arrêter les coupables et leurs commanditaires.

« Cette triste réalité est l’expression éloquente de l’impunité, du laxisme, du laisser-aller et de l’absence notoire de l’autorité qui caractérise le fonctionnement de notre État. Comment pouvons-nous comprendre que des biens privés des investisseurs locaux soient incendiés et vandalisés par des groupes de citoyens sans aucune manifestation de l’autorité de l’État ? Comment comprendre le laxisme et l’inaction de l’État face aux auteurs et commanditaires de cette barbarie qui vaguent librement à leurs occupations? »

 

« Autant de questions que les responsables de la plateforme Jeunesse de la CEDEAO se posent sans réponse. Ils disent qu’aucune conscience humaine ne saurait comprendre ou accepter cet état de fait dans un pays qui se veut un État de droit. » Explique-t-il

 

Pour eux, la sécurité des populations et de leurs biens en tout lieu et en toutes circonstances constitue l’un des rôles régaliens de l’État. Sachant que les incendies volontaires sont des crimes prévus et punis par le Code pénal Guinéen et convaincu que rien ne peut justifier cette atrocité comme si nous vivons dans un État de non-droit, la Jeunesse CEDEAO regrette et dénonce le silence coupable de l’État et l’inaction de ses services concernés, notamment les ministères de la sécurité, de l’administration du territoire et de la justice.

« Face à cette situation, la jeunesse CEDEAO demande l’ouverture immédiate d’une enquête afin d’arrêter et juger les auteurs et commanditaires de ce vandalisme qui ternit l’image de notre pays et courage les investisseurs. Elle demande aux autorités d’instruire les services concernés à procéder de façon responsable à l’arrestation de toute personne dont la participation, implication est avérée pour servir d’exemple et éviter la répétition de ce genre de dérive dégradante ».

Pour finir, la jeunesse CEDEAO a demandé aux notables, citoyens et leaders religieux de la localité de mener des actions de sensibilisation et d’éducation des citoyens afin d’éviter ces genres de dérive qui découragent les investisseurs et d’user de leur notoriété à promouvoir la non-violence, la cohésion sociale ainsi que la consolidation de la paix.

 

Ibrahima Sory Camara

A propos guiquo-admin

Check Also

« Le chemin est déjà tracé, il faut que chaque guinéen apprenne à respecter la loi » dixit le ministre Damantang Albert Camara

Le nouveau ministre de la sécurité et de la protection civile, Damantang Albert Camara a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.