Accueil / Société / Ministère de la Justice : Me Cheick Sako lance la première journée porte ouverte de la justice guinéenne

Ministère de la Justice : Me Cheick Sako lance la première journée porte ouverte de la justice guinéenne

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme, le ministère de la Justice a organisé ce mercredi 12 décembre la première journée porte ouverte de la justice en Guinée. Selon Me Cheick Sako, cet événement est une opportunité de présenter aux justiciables les reformes entreprises pour une justice indépendante, équitable, professionnelle, accessible, intègre et humaine.

Dans son allocution, le ministre d’Etat à la justice, & Garde des sceaux, Me Cheick Sako, a annoncé qu’il ne faut pas fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme commises dans ce pays. Poursuivant, il dira que : « cette journée existe dans beaucoup de pays notamment dans certains pays voisins. Donc, il fallait penser à ça pour la Guinée. L’objectif recherché, est de rapprocher nos concitoyens à la justice. Au-delà des corps constitués, les citoyens guinéens peuvent toute la journée venir au ministère s’informer sur les procédures et les démarches à suivre. Les magistrats et les cadres du ministère sont là pour répondre à leurs inquiétudes. On a aussi fait un peu l’historique de ce qui a été fait de 1958 à 1984, de 1984 à 2008 de 2008 à 2010 et surtout depuis le début de la troisième République, les reformes qui ont été proposées par le président Alpha Condé ».

Parlant des activités  réalisées, depuis son arrivée à la tête du Département de la Justice, l’ancien avocat de Montpellier  déclare que plusieurs institutions ont été mises en place : « le Conseil Supérieur de la Magistrature, le statut particulier des Magistrats, la création du Tribunal militaire, la création des maisons de justice et surtout le  renforcement de la chaîne pénale dont je suis trop fier, parce que  le renforcement de la chaine pénale permet de toucher directement les citoyens ».

Pour lui, ces réformes ont permis « … de juger en temps réel beaucoup d’affaires criminelles par le nouveau code pénal voté en 2016. Nous avons jugé plus de quatre cent affaires criminelles en 2017 et là, en 2018, on sera à plus de cinq cent affaires. En fin décembre, on va donner les statistiques. Là c’est une avancée majeure qui a permis de réduire également les détentions préventives à excès. Il faut donner les moyens aux juridictions pénales pour que le citoyen qui se trouve devant cette juridiction, puisse faire valoir ses droits et même temps y répondre aux infractions qui lui aient reproché. Donc, ça c’est une fierté car les états généraux permettront d’expliquer tout ça aux acteurs qui vont venir ici. Cela est une première mais ça va continuer chaque année ».                                                                              Pour le représentant du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée, Patrice Vahard, la meilleure protection des droits de l’homme se fait au plan local.

« Pour moi, je suis heureux de voir qu’il y a de la gouvernance dans le secteur de la justice parce qu’une société sans Etat de droit, sans justice forte et indépendante est une société qui a beaucoup de problèmes. Il faut de manière progressive parvenir à une situation où il y a la confiance entre l’administré et l’appareil judiciaire. C’est en ce moment que l’Etat de droit se réalise. Les gens ont le réflexe naturellement de ne pas prendre la justice pour leur compte et entre leurs mains. Je ne pense que cet effort-là que le garde sceaux essaie de faire de façon inlassable. Donc, nous, aux Nations-Unies, nous nous réjouissons d’abord de cette première journée porte ouverte tout en espérant que ça ne sera pas la dernière fois ».

 

Par ailleurs, le président de la ligue guinéenne des droits de l’homme, Me Emmanuel Bamba, dira que : « cette initiative d’organiser la première journée porte ouverte de la justice est à saluer parce qu’elle va permettre aux justiciables d’avoir connaissance sur cette institution qui est méconnue par les populations ».

 

Kalifatou Doumbouya

A propos guiquo-admin

Check Also

Le PNUD accompagne la vulgarisation du Code de bonne conduite des journalistes en Guinée

Le PNUD appuie la vulgarisation du Code de bonne conduite des médias, guide de référence …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.