Accueil / International / Soudan : Omar El-Bechir arrêté, les militaires prennent le pouvoir

Soudan : Omar El-Bechir arrêté, les militaires prennent le pouvoir

Le ministre de la défense du Soudan a annoncé à la télévision nationale la destitution et la détention en lieu sûr du chef de l’Etat Omar el-Béchir qui dirige le pays depuis près de 30 ans.

Cette décision tombe après quatre mois de manifestation contre le régime Soudanais.

Le Général Awad Mohamed Ahmed Ibn Auf a aussi annoncé que l’armée supervisera un gouvernement de transition de deux ans qui sera suivi par des élections.

Le pays observera un mois de couvre-feu et toutes les frontières seront fermées jusqu’à nouvel ordre et le bureau du premier ministre et le parlement ont été dissous.

Depuis le 19 décembre, des centaines de milliers de Soudanais sont descendus dans la rue pour participer à des manifestations, suscitées au départ par l’augmentation du prix du pain, multiplié par trois.

Le mouvement a pris plus d’ampleur le 6 avril lorsque les manifestants ont décidé de faire un sit-in devant le quartier général de l’armée.

Quelques dates importantes sur Omar el-Béchir :

1989: prise du pouvoir à la faveur d’un coup d’État soutenu par les islamistes, contre le gouvernement démocratiquement élu de Sadek al-Mahdi.

2003: lance ses troupes contre une rébellion au Darfour (ouest), conflit qui a fait plus de 300 000 morts selon l’ONU.

2005: accord de paix avec la rébellion sudiste après plus de 21 ans de guerre civile.

2009: visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » au Darfour, puis en 2010 pour « génocide ».

2010: élu président lors des premières élections multipartites, boycotté par l’opposition. Réélu en 2015.

2011: le Soudan du Sud proclame son indépendance. Khartoum perd les trois quarts de ses réserves pétrolières.

2013: manifestations contre la hausse du prix du carburant : des dizaines de morts officiellement, plus de 200 selon Amnesty.

8 avril 2019: destitué par l’armée, à l’issue d’une vague de contestation populaire débutée en décembre 2018, dirigée d’abord contre la hausse du prix du pain, puis contre le régime lui-même.

A propos guiquo-admin

Check Also

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo autorisé à quitter la Belgique sous conditions

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi autoriser sous conditions l’ancien président ivoirien Laurent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.