Accueil / Sports / Culture / Festival « Vues d’Afrique » : Le Sénégal remporte le prix long-métrage fiction
POLYCOPIÉ - La 36 ème édition du « festival international de cinéma africain et créole, Vues d'Afrique », organisé au Canada, a opté pour une version numérique dans un contexte international de lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19. Foto: Vues d'Afrique

Festival « Vues d’Afrique » : Le Sénégal remporte le prix long-métrage fiction

Le film primé met en scène deux frères rivaux vivant dans un village où se profile la menace du terrorisme religieux.

Le réalisateur sénégalais Mamadou Dia a remporté, avec son film « Baamum Nafi » (Le père de Nafi, en dialecte pulaar), le prix du meilleur long métrage fiction de la 36ème édition du « festival international de cinéma africain et créole, Vues d’Afrique », organisé au Canada, du 17 au 26 avril 2020. Cette édition a opté pour une version numérique dans un contexte international de lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19.

« Ce film (Baamum Nafi, ndlr) nous tient en haleine et nous touche, malgré sa lenteur apparente, par son esthétique, son histoire, ses dialogues, la richesse de ses costumes et ses personnages nuancés », ont indiqué les membres du jury, cités par des médias. « En décrivant la montée discrète d’un mouvement politico-religieux extrémiste et son impact sur les villageois, se dévoile une société vivante, forte, colorée, libre et attachante, encore empreinte d’une sagesse métissée qui sait outrepasser les dictats religieux et la tradition, lorsque le bien-être des humains et des membres de la communauté est en jeu », ont-ils expliqué.

Le film primé, déjà distingué dans d’autres festivals (deux léopards d’or au festival de Locarno, en Suisse), met en scène deux frères rivaux vivant dans un village où se profile la menace du terrorisme religieux, a-t-on relevé. Le prix du meilleur acteur du festival est revenu à Alassane Sy, acteur principal du film « Le père de Nafi ». Le jury estime que cet acteur « a su exprimer l’humanité du personnage chargé de la lourde tâche d’être imam au moment où la maladie, les tensions familiales et politiques menacent sa vie et ses valeurs ».

Le palmarès du festival a comporté 14 prix couvrant diverses catégories de films. Organisé par un organisme à but non lucratif, ce festival propose, chaque année, depuis 1985, « une sélection épurée de productions cinématographiques originaires d’Afrique et des Caraïbes, ou ayant pour sujet ou cadre ces territoires ».

 

Avec dpa-news

A propos guiquo-admin

Check Also

Mort de George Floyd : la violence au milieu des protestations

La violence a de nouveau éclaté aux États-Unis alors que les protestations se poursuivent dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.