Accueil / International / L’Allemagne contribue à protéger la forêt tropicale africaine
ARCHIVE - L'Allemagne a alloué 125 millions d'euros pour la protection de la forêt du bassin du Congo, deuxième plus grand massif forestier tropical au monde après l'Amazonie, en Amérique du Sud. Foto: Daniel Reinhardt/dpa

L’Allemagne contribue à protéger la forêt tropicale africaine

Le financement à hauteur de 125 millions d’euros a pour objectif de restaurer, d’ici 2030, 127 millions d’hectares de forêts en Afrique centrale, « l’une des dernières régions du monde à absorber plus de carbone qu’elle n’en émet ».

Par Mounir Ben Hassen

L’Allemagne a alloué 125 millions d’euros pour la protection de la forêt du bassin du Congo, deuxième plus grand massif forestier tropical au monde après l’Amazonie, en Amérique du Sud. Ce financement a été annoncé lors de la « Journée des forêts du bassin du Congo », tenue en marge du « Symposium sur les forêts tropicales » début septembre à Berlin avec la participation de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), institution sous-régionale regroupant dix pays riverains de la forêt tropicale africaine. Le financement sera engagé dans le fonds de l’Initiative pour la forêt d’Afrique centrale (CAFI), « ce qui en fait l’une des plus importantes participations », a indiqué le PNUD qui héberge, à Genève, le secrétariat de la CAFI.

En augmentant sa contribution à ce fonds, « l’Allemagne envoie un message fort en tant que présidente du Conseil CAFI », a-t-on souligné de même source. La CAFI, lancée en septembre 2015 lors du Sommet des Nations unies pour le développement durable, est née d’une collaboration entre le PNUD, la FAO, la Banque mondiale (BM), une coalition de donateurs dont l’Allemagne et les six pays partageant la forêt tropicale africaine : Gabon, Congo, Cameroun, République centrafricaine, RDC et Guinée équatoriale. Elle a pour objectif d’aider ces six pays à améliorer la gouvernance et la gestion durable de cette forêt.

Protéger et restaurer 127 millions d’hectares

Le financement allemand en faveur du fonds de la CAFI a pour objectif de protéger et de restaurer 127 millions d’hectares de forêts en Afrique centrale d’ici à 2030, « soit trois fois la taille de l’Allemagne », a annoncé Gerd Müller, ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), intervenant au cours du Symposium de Berlin.

Au cours de cette conférence, une « déclaration » portant sur le renforcement de la protection de la forêt du bassin du Congo a été signée entre le BMZ et la COMIFAC. Ce document a été élaboré en collaboration avec les scientifiques et la société civile des pays riverains, a fait remarquer le ministre allemand. À cet égard, le ministre a précisé que « les mesures de protection comprennent des chaînes d’approvisionnement transparentes pour le bois de la région, des alternatives économiques pour les populations et une participation étroite des populations autochtones en tant que ‘gardiens des forêts’ ».

D’une superficie de plus de 240 millions d’hectares, la forêt du bassin du Congo est soumise à une déforestation croissante, due à la destruction des forêts pluviales tropicales par défrichage et brûlis. « La raison en est, entre autres, la conversion des zones forestières en terres arables ainsi que la demande croissante de terres et de bois de chauffage par la population grandissante », a expliqué le Camerounais Jules Doret Ndongo, Président de la COMIFAC, qui a participé au Symposium.

Selon la FAO, l’Afrique a enregistré, entre 2010 et 2020, la perte nette de superficie forestière « la plus élevée au monde », avec 3,9 millions d’hectares, suivie de l’Amérique du Sud avec 2,6 millions d’hectares. « Les experts estiment que, d’ici 2100, il n’y aura plus de forêt tropicale dans le bassin du Congo », a prévenu Gerd Müller, ajoutant que « les conséquences seront dévastatrices pour l’ensemble de l’humanité ».

Le plus grand puits de CO2

Au niveau mondial, la forêt du bassin du Congo est, a-t-il rappelé, « le plus grand puits de dioxyde de carbone (CO2) », l’élément chimique responsable du réchauffement climatique planétaire. « Les forêts tropicales africaines retiennent plus de CO2 que toutes les autres forêts » de la terre, a-t-il dit.

En effet, l’Afrique centrale « est l’une des dernières régions du monde à absorber plus de carbone qu’elle n’en émet », et sa forêt aspire, chaque année, près de 1,5 milliard de tonnes de CO2 de l’atmosphère, soit 4 pour cent des émissions mondiales, a expliqué le PNUD. D’après la CAFI, la forêt du bassin du Congo, qui s’étend sur plus de 240 millions d’hectares, stocke une quantité de dioxyde de carbone équivalente à six ans d’émissions mondiales.

« Les forêts du bassin du Congo ont une valeur inestimable pour les populations, mais aussi pour la stabilisation du climat mondial. Ensemble, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les habitants de la région puissent satisfaire leurs besoins fondamentaux et avoir des perspectives de développement économique, sans pour autant détruire davantage les forêts », a ajouté Müller.

Pour le Président de la COMIFAC, « le bassin du Congo devrait bénéficier des appuis financiers conséquents pour ses services rendus au monde entier pour la conservation, la gestion durable, la lutte contre les changements climatiques et le développement communautaire ».

 

Avec dpa-news

A propos guiquo-admin

Check Also

Insolite : pour avoir restitué 28 millions de francs CFA, un conducteur de moto-taxi devient la risée de son village

L’adolescent libérien, conducteur de moto-taxi, qui a trouvé et restitué de l’argent à une femme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.