Accueil / International / Cameroun : au moins 15 morts dans un affaissement de terrain à Yaoundé

Cameroun : au moins 15 morts dans un affaissement de terrain à Yaoundé

En octobre 2019, une tragédie similaire avait eu lieu à Bafoussam: 43 personnes avaient été tuées dans un glissement de terrain qui avait emporté une dizaine d’habitations après des pluies diluviennes.

 

Au moins 15 personnes ont perdu la vie dimanche dans un affaissement de terrain lors d’une réunion en hommage à des défunts dans un quartier populaire de Yaoundé, la capitale du Cameroun.

 

Quatre premiers corps recouverts de draps blancs ont été évacués en début de soirée sur les plateaux de trois pick-ups de la police, dans le quartier de Damas, en périphérie est de Yaoundé, a rapporté un journaliste de l’AFP sur place. Puis les autres sans doute dans l’un des nombreux véhicules des pompiers et ambulances qui se sont succédé.

 

Des centaines de personnes s’étaient amassées à proximité, des résidents affolés à la recherche de proches, des badauds tentant de prendre des photos avec leurs portables et des secouristes, policiers et gendarmes qui peinaient à se frayer un chemin vers les lieux du drame.

 

De nombreuses familles s’étaient installées dans l’après-midi pour une cérémonie de commémoration de cinq membres d’une association décédés durant l’année. Les convives étaient installés sous plusieurs grandes tentes sur un terrain vague au sommet d’une colline quand le sol s’est affaissé en début de soirée sous une partie de l’assistance.

 

« Pour le moment nous avons 11 corps, les recherches se poursuivent pour trouver d’autres corps sous la terre », a expliqué en soirée sur les ondes de la radio d’Etat CRTV Naseri Paul Bea, le gouverneur de la région Centre, dont Yaoundé est le chef-lieu.

En octobre 2019, une tragédie similaire avait eu lieu à Bafoussam: 43 personnes avaient été tuées dans un glissement de terrain qui avait emporté une dizaine d’habitations après des pluies diluviennes.

 

Au moins 15 personnes ont perdu la vie dimanche dans un affaissement de terrain lors d’une réunion en hommage à des défunts dans un quartier populaire de Yaoundé, la capitale du Cameroun.

 

Quatre premiers corps recouverts de draps blancs ont été évacués en début de soirée sur les plateaux de trois pick-ups de la police, dans le quartier de Damas, en périphérie est de Yaoundé, a rapporté un journaliste de l’AFP sur place. Puis les autres sans doute dans l’un des nombreux véhicules des pompiers et ambulances qui se sont succédé.

 

Des centaines de personnes s’étaient amassées à proximité, des résidents affolés à la recherche de proches, des badauds tentant de prendre des photos avec leurs portables et des secouristes, policiers et gendarmes qui peinaient à se frayer un chemin vers les lieux du drame.

 

De nombreuses familles s’étaient installées dans l’après-midi pour une cérémonie de commémoration de cinq membres d’une association décédés durant l’année. Les convives étaient installés sous plusieurs grandes tentes sur un terrain vague au sommet d’une colline quand le sol s’est affaissé en début de soirée sous une partie de l’assistance.

 

« Pour le moment nous avons 11 corps, les recherches se poursuivent pour trouver d’autres corps sous la terre », a expliqué en soirée sur les ondes de la radio d’Etat CRTV Naseri Paul Bea, le gouverneur de la région Centre, dont Yaoundé est le chef-lieu.

 

« C’est une réunion de gens qui voulaient pleurer des membres (de leurs familles) qui sont partis avant eux. Certains étaient assis sous une tente où il y a eu un glissement de terrain en début de soirée », a-t-il poursuivi.

 

« Avec mes mains »

« On venait juste de commencer à danser quand la terre s’est effondrée », a raconté à l’AFP Marie Claire Mendouga, 50 ans, qui se tenait par chance sous l’une des toiles n’ayant pas été emportées par l’éboulement. « Je suis allée creuser avec mes mains » pour tenter de sortir des victimes des amas de terre, soufflait cette commerçante de Damas, les mains encore souillées par la glaise marron et les vêtements couverts de poussière.

 

« Je ne sais pas si je vais pouvoir dormir. Tu es assise, tu as des gens derrière toi et après ils sont morts », gémissait-elle.

 

Quatre grandes tentes blanches se dressaient toujours en haut de la colline, mais au bord de ce qui paraissait être une arête au-delà de laquelle le sol avait disparu, a décrit le journaliste de l’AFP qui a pu s’approcher un peu des lieux de l’éboulement avant d’être bloqué par un cordon de policiers, puis refoulé.

 

Des secouristes y descendaient en début de soirée pour tenter de retrouver des personnes en contrebas. Dans la foule, derrière le cordon de sécurité, des larmes coulaient sur des visages.

Mais vers 22H00, les recherches ont cessé, a constaté le journaliste. Un responsable des secouristes a indiqué à l’AFP, sous couvert de l’anonymat, que le bilan de la soirée restait à 11 morts mais que les recherchent reprendraient lundi matin pour vérifier qu’il n’y ait pas d’autres victimes ensevelies.

 

Aux environs du terrain vague se dressent aussi bien des maisons relativement cossues et en bon état que des habitations très précaires, comme celles, innombrables, faites parfois de bois et de tôle, qui recouvrent les flancs des sept collines formant une partie du relief de la capitale camerounaise, peuplée de plus de quatre millions d’habitants.

 

Les effondrements de pans de terrain, parfois avec des maisons, surviennent relativement fréquemment à Yaoundé et dans d’autres villes du pays mais, dans la capitale, ils sont rarement aussi meurtriers.

 

A Bafoussam cependant, dans l’ouest, 43 personnes avaient été tuées le 29 octobre 2019 quand un glissement de terrain avait emporté une dizaine d’habitations précaires construites à flanc de colline, après des pluies diluviennes.

 

Avec AFP

A propos guiquo-admin

Check Also

Trois journalistes ougandais mis à pied pour avoir ironisé sur le Parlement

Trois salariés d’une télévision ougandaise ont été mis à pied après avoir tourné en dérision …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *