Accueil / Economie / Afrique : L’IFC soutient l’investissement dans les infrastructures
ARCHIVE - Des projets de transport et de logistique profiteront de la prise de participation de l'IFC dans le Fonds d'accélération des infrastructures en Afrique. Photo: Sebastian Christoph Gollnow/dpa

Afrique : L’IFC soutient l’investissement dans les infrastructures

En Afrique, le déficit de financement des infrastructures se situe entre 68 milliards et 108 milliards de dollars par an.

 

La Société financière internationale (IFC) a pris une participation de 20 millions de dollars dans le Fonds d’accélération des infrastructures en Afrique, un instrument financier relevant du groupe panafricain « Africa50 ». Ce groupe est créé par des gouvernements africains et la Banque africaine de développement (BAD) dans l’objectif d’investir dans des projets d’infrastructures à fort impact en termes de développement.

 

La prise de participation permettra au Fonds d’investir dans des projets d’infrastructures numériques, d’énergie et d’électricité renouvelables, de transport, de logistique, d’eau et d’assainissement. Elle permettra aussi de mobiliser davantage de financements privés pour le Fonds, a souligné l’IFC. Investir dans les infrastructures est essentiel pour le développement social et économique du continent.

 

En Afrique, le déficit de financement des infrastructures (routes, chemins de fer, énergie, santé, éducation, formation, etc.) se situe entre 68 milliards et 108 milliards de dollars par an, selon les estimations d’Africa50. « Des montants que l’on peut trouver sur place pourvu que les États fassent preuve de discipline budgétaire et collectent plus judicieusement l’épargne intérieure », selon la BAD. Le continent est à la traîne en matière d’accès à la plupart des types d’infrastructures, notamment l’électricité, le numérique, les routes et l’eau, ce qui a un impact sur l’activité économique, d’après la Banque mondiale (BM).

 

Le groupe Africa50 compte actuellement 34 actionnaires, composés de 31 pays africains, de la BAD, de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de Bank Al-Maghrib. Il s’intéresse aux développements des infrastructures depuis leur conception jusqu’à leur livraison.

 

Avec dpa-news

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Portrait: Fatou Diop raconte l’Afrique à travers ses peluches en wax

Promouvoir la culture africaine à travers des doudous en wax, tel est l’objectif de Fatou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *