Accueil / Economie / Guinée: La justice britannique confirme que le magnat Steinmetzdoit verser au géant minier brésilien Vale 1,25 milliard de dollars

Guinée: La justice britannique confirme que le magnat Steinmetzdoit verser au géant minier brésilien Vale 1,25 milliard de dollars

La Cour Suprême britannique a confirmé vendredi une décision d’un tribunal d’arbitrage londonien selon lequel l’homme d’affaires et diamantaire franco-israélien Beny Steinmetz doit verser au géant minier brésilien Vale 1,25 milliard de dollars.

D’après plusieurs médias britanniques, le juge Michael Burton a tranché en faveur de Vale, estimant que BSGR, la société de M. Steinmetz, n’avait pas fait l’objet de préjugés ou discriminations, contrairement à ce qu’elle affirmait.

“La décision de la Haute Cour est particulièrement décevante étant donné que le gouvernement de Guinée a mis fin à ses accusations de malversations”, a réagi BSGR dans un communiqué.

“Nous continuerons à demander justice pendant aussi longtemps que nécessaire”, a ajouté un porte-parole de BSGR.

D’après le quotidien Financial Times, la société de M. Steinmetz avait été condamnée plus tôt cette année à payer à Vale 1,25 milliard de dollars – sans compter les frais d’avocats et les intérêts -, par un tribunal d’arbitrage, pour avoir présenté de manière trompeuse une coentreprise en Guinée.

L’homme d’affaires franco-israélien, qui résidait et travaillait à l’époque à Genève, avait obtenu la licence d’exploitation d’une mine géante de minerai de fer à Simandou en Guinée, juste avant le décès du président Lansana Conté en 2008.

En 2013, il avait affirmé dans une interview à un journal français avoir investi 170 millions de dollars dans cette mine, avant d’en revendre 51% en 2010 au groupe brésilien de matières premières Vale pour 2,5 milliards de dollars, soit presque 30 fois plus cher.

Dans cet article, M. Steinmetz accusait l’actuel président guinéen Alpha Condé d’avoir orchestré “des machinations” contre lui avec le milliardaire américain George Soros.

En février 2019, Beny Steinmetz et la présidence guinéenne ont annoncé avoir trouvé un accord à l’amiable, à savoir le retrait des poursuites pour corruption contre M. Steinmetz en échange de son renoncement à ses droits sur le gisement de Simandou.

Mais cet arrangement n’a pas mis fin aux poursuites pour corruption engagées par le Parquet genevois qui devrait requérir des peines allant de deux à dix ans d’emprisonnement.

AFP

A propos guiquo-admin

Check Also

Afrique de l’ouest : une croissance économique presque insolente, des inégalités sociales criantes

Au cours de ces dernières années, les pays ouest-africains ont, pour la plupart, enregistré un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.