Accueil / Société / Paix &Sécurité: des Organisations féminines de la société civile lancent un appel aux acteurs…

Paix &Sécurité: des Organisations féminines de la société civile lancent un appel aux acteurs…

Conscientes des effets de l’insécurité qui mine la société africaine en  générale, des Organisations  féminines de la société civile  de la sous région  Ouest africaine et du Sahel ne veulent  pas rester indifférentes. C’est pourquoi, elles ont  livré une déclaration appelant à la paix  aux mouvements armés et leaders politiques. Notamment  au Burkina Faso, Mali, Niger, Nigeria, Côte d’Ivoire, le Sénégal. Et, la Guinée, avec les violences politiques. Ce jeudi 09 juillet à la maison de la presse sise à Kipé au cours d’une conférence de presse placée était sous le Thème: « Déclaration  des organisations féminines  de la société civile de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel pour la paix  et la sécurité durant la pandémie du COVID 19.»

Faisant lecture de ladite déclaration, la présidente REPSFECO et porte-parole des Organisations féminines de la société civile Ouest africaine et du Sahel  Madame Koivogui Dorcas Néma DIONE a soutenu que tous ces actes de violence ne permettent pas de répondre et lutter efficacement contre le coronavirus. Par conséquent, nous, poursuit-elle,  Organisations et Plateformes régionales féminines de la société  civile en Afrique de l’Ouest et au Sahel, laçons un cri de cœur aux organisations des mouvements armés de déclarer officiellement un cessez-feu pendant cette période de la pandémie, d’arrêter les attaques et de s’engager sur la voie de dialogue et de solutions pacifiques.« Nous demandons également aux Etats de renforcer les mesures sécuritaires pour la protection des civiles, d’éviter toutes violations des droits de l’homme et d’accorder une attention toute particulière aux femmes, aux jeunes et aux enfants qui constituent les cibles les plus vulnérables. »

Aux populations, « d’observer scrupuleusement, les consignes sécuritaires et sanitaires édictées ; ne pas céder aux manipulations visant à attiser la haine et les confits », a exhorté Madame Koivogui Dorcas.

Etaient présentes à cette conférence, des représentantes du REPSFECO, du REFMAP et du ROAJELF respectivement (Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO), (Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix) et (Réseau  Ouest Africain  des Jeunes Filles Leaders).

 

Richard Tamoné

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Siguiri: Un pasteur se donne la mort par pendaison à Boukaria

Gamesse Sanoussy c’est le nom de la victime âgée de 35 ans. Ce jeune pasteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.