Accueil / International / Tchad: Des morts dans des manifestations contre la junte

Tchad: Des morts dans des manifestations contre la junte

Au moins deux personnes ont été tuées mardi dans des manifestations sporadiques à N’Djamena et dans le sud du Tchad contre la junte militaire qui a pris le pouvoir après la mort du président Idriss Déby Itno il y a une semaine, a annoncé le parquet.

« Il y a eu un mort à Moundou, décédé ce matin dans les manifestations, nous n’avons pas encore les circonstances exactes du décès, c’est un jeune de 21 ans », a annoncé par téléphone à l’AFP Ali Kolla Brahim, le procureur de la République de la deuxième ville du Tchad, à environ 400 km au sud de N’Djamena.

« Un élève a jeté une pierre dans une voiture de la police et la police a tiré avec une balle réelle et l’élève est mort sur le coup », a affirmé à l’AFP par téléphone Ahmat Malloum, haut fonctionnaire responsable des médias d’Etat à Moundou.

Dans la capitale N’Djamena, les manifestants ont répondu à l’appel de la coalition politico-civile dénommée « Wakit Tama » qui les a appelées à braver l’interdiction de mener une marche pacifique. Des manifestants sporadiques ont été observées à travers la ville depuis 5 heures locales pour exiger la démission de la junte et le retour à l’ordre constitutionnel.

La police a dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogènes et des militaires ont ouvert le feu sur les manifestants, selon des témoins.

Une version des faits contestée par les autorités. « Les manifestants ont attaqué un bus dans le quartier de Dembé, certains passagers ont fui mais une dame est restée et a été tuée par les manifestants », a assuré à l’AFP le procureur de la République Youssouf Tom.

Dans le quartier Walia, dans le sud de la capitale, un manifestant a été roué de coups par les forces de l’ordre, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le 20 avril, l’un des fils d’Idriss Déby, âgé de seulement 37 ans, a pris le pouvoir à la tête du CMT, au lendemain de la mort de son père tué, selon l’armée, au combat contre des rebelles dans le nord du pays.

Le CMT a abrogé la Constitution et dissous le gouvernement et l’Assemblée nationale, mais le général Mahamat Idriss Déby a promis des « élections libres et démocratiques » dans 18 mois. Il a pris le titre de Président de la République et chef suprême des Armées.

Le 11 avril, jour de la présidentielle que M. Déby avait remporté avec 79,32% des voix selon la commission électorale, le Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT), l’un des nombreux groupes rebelles contre le régime qu’il dirigeait depuis 30 ans, avait lancé une offensive.

C’est en allant diriger lui-même les combats dans le nord du pays que M. Déby a été tué par les rebelles, a affirmé le CMT.

 

Avec AFP

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Mexico: Un accident de train fait 23 morts et 65 blessés

Au moins 23 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées après qu’un viaduc …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.