Accueil / Economie / Cours des comptes : le premier président Mohamed Diaré présente le rapport annuel d’activités de l’année 2016 de l’institution

Cours des comptes : le premier président Mohamed Diaré présente le rapport annuel d’activités de l’année 2016 de l’institution

Le premier président de la cour des comptes Mohamed Diaré a présenté jeudi 11 janvier 2018 le premier rapport annuel d’activités de l’institution.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue au siège de la cour des comptes que ce premier rapport annuel d’activités de 2016 a été présenté aux hommes de medias.

À l’entame de son intervention, le premier président de la cour des comptes, Mohamed Diaré a fait savoir que la production de ce rapport annuel d’activités de la cour pour l’année 2016, est un effort de communication.

« Il est composé en quatre grandes parties, la première partie porte sur les attributions, les compétences et l’organisation de la cour des comptes, dans sa deuxième partie, la mise en place, la composition et les ressources humaines, financières et matérielles de la cour des comptes, dans sa troisième partie, les activités réalisées en 2016 par la cour, aux plans institutionnel, organisationnel, du fonctionnement ; de la formation et des arriérés juridictionnels ; la quatrième partie porte sur les perspectives et recommandations de la cour » .Explique le président Mohamed Diaré

Selon lui, ce rapport d’activités de l’année 2016 de la cour des comptes présente les grandes lignes des activités réalisées au cours de l’année.

« D’abord nous avons commencé par recruter des magistrats, nous avons dans ce cadre-là recruté 8 conseillers référendaires et enfin 10 auditeurs. Après le recrutement, il fallait formés 13 conseillers qui ont été nommé en premier lieu, parce que, juge financier est un métier à part. La cour des comptes est une juridiction financière indépendante et qui a des attributions juridiques et consultatives. Donc il fallait faire apprendre à tout le monde qu’est-ce qu’il faut pour examiner le compte d’un comptable publique, qu’est-ce qu’il faut pour aller contrôler une entité publique, par ce que, contrôler une entité de l’État (ministère), est différent du contrôle d’un établissement public administratif et également du contrôle d’une collectivité locale ».

Pour Mohamed Diaré, il a fallu élaborer d’un guide de contrôle pour que la cour puisse être opérationnelle.

Parlant des perspectives, Mohamed Diaré dira que la cour des comptes va amorcer une autre approche qui lui permettra d’atteindre ses objectifs et de mieux remplir sa mission.

 

Ibra  Camara

664478635

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée : tenue de la 9ème et dernière session de formation dans la gestion opérationnelle des projets miniers à l’intention des cadres de l’administration publique

Le comité de Pilotage de formation du Ministère des Mines et de la Géologie a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.