Accueil / Actualité / L’insalubrité et l’urbanisation anarchique en Guinée : une part de responsabilité partagée (Par Ousmane Keita)

L’insalubrité et l’urbanisation anarchique en Guinée : une part de responsabilité partagée (Par Ousmane Keita)

Les problèmes d’insalubrités et d’urbanisations anarchiques en Guinée tirent leurs sources dans deux (2) points. Premièrement, l’incapacité de nos autorités à prévoir dans leurs gestions, surtout par la complicité des agents corrompus qui viennent pour vendre illégalement toute une zone réservée aux citoyens. Deuxièmement, l’ignorance des citoyens qui parfois, refusent de voir les réalités en face avant d’acheter ces zones d’habitation.

Dans cette situation, chaque camp est coupable d’une part à autre car, gouverner c’est prévoir et quand on prévoit c’est la meilleure façon d’éviter les problèmes.

Après plus de deux décennies, le pays souffre de ce danger à la fois sanitaire et sécuritaire. Par preuve, suite aux précédentes inondations, nous avions perdu des vies au grand dépotoir de Hamdalaye, les routes et caniveaux sont devenus des lieux où les pauvres citoyens viennent pour se débarrasser des ordures, et cela bouche les tuyaux et fossés.

C’est tout cet incivisme qui créé des inondations. Et tôt ou tard, nous feront perdre des vies, sans oublié que ça ralentit le bon fonctionnement du pays en faisant fuir les opérateurs économiques. Le pays devient inatractif à cause de nos montagnes d’ordures qui empêchent aussi la fluidité de la circulation.

Ainsi, pour le cas spécial des habitants de Dar-es-salam, je propose à l’État d’être à l’écoute des populations, au lieu de déguerpir nos pauvres citoyens avec la maigre somme de 20 millions de FG pour chaque famille, il faut plutôt prendre ce fond, et délocaliser les ordures dans une localité reculée de la capitale, toujours dans un esprit de prévision et de satisfaction totale des Guinéens. Conakry et ses alentours ne doivent en aucun cas, devenir des lieux de dépotoirs.

Nous avons besoin d’un progrès pérennisé. Sur cette allure, on finira par déguerpir une grande partie de la capitale dans 50 ans, au fil du temps que les ordures sont déposées à Hamdalaye sans aucune mesure d’accompagnement raisonnable.

Nous devons plutôt être cohérents avec nos paroles et actes. KIGALI en est un exemple illustratif. Cette présente mesure d’accompagnement proposée par le Gouvernement, n’est pas la bonne parce-que le pays est dans une crise économique totale, notre macroéconomique est déficitaire aux vrais attentes populaires.

Les quelques millions de FG débloqués pour nos prochains déguerpis, ne leur permettent même pas de construire, une chambre à coucher digne de nom.

Il nous faut une vraie agence nationale de recyclage des ordures, qui nous permettront de classer par utilité l’ensemble de nos dépotoirs avec responsabilité. En dehors de toutes ces propagandes, nous pouvons changer la donne et rendre la Guinée propre.

 

 

OUSMANE KEITA, Citoyen de la République

A propos guiquo-admin

Check Also

Opinion : refusons l’inertie face à une classe politique qui manque de vision (Par Ousmane Keita)

La classe politique, partisane et artisane d’une série de consensus au détriment de la loi. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.