Accueil / Société / Ratoma : Les autorités déguerpissent les occupants illégaux de l’ex briqueterie de Kobaya

Ratoma : Les autorités déguerpissent les occupants illégaux de l’ex briqueterie de Kobaya

L’ex Briqueterie de Kobaya est le site qui abrite l’usine de fabrique de briques cuites depuis la première République. Il s’étend sur environ 2 hectares. Immatriculé au nom de l’Etat, la briqueterie de Kobaya est une réserve foncière clairement identifiée et classée par le Décret 211 de 1989 sous la deuxième République. En conséquence cette réserve foncière de l’Etat devient inaliénable et imprescriptible.

Malgré tout ce statut reconnu à la Briqueterie de Kobaya par tous les riverains, l’autorité locale et l’administration en charge de la gestion foncière de la commune de Ratoma, des citoyens de la même commune se réclamant propriétaire, ont morcelé et vendu une portion se trouvant à la lisière (bordure) de la voie du nord (corniche nord).

Les nouveaux requérants en contradiction avec la loi, c’est-à-dire ignorant complètement le Décret 211 de 1989 de la deuxième République et l’immatriculation au nom de l’Etat dont la briqueterie de Kobaya fait objet, matérialisent à tors leurs nouveaux propriétés par des annexes et cours fermées. Interpelés plusieurs fois par les services techniques du Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, ces nouveaux requérants n’ont jamais obtempéré de surseoir à ces occupations illicites.

Ce jeudi 2 août 2018 à 11h30mn, l’Etat, à travers le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a fait usage des moyens à sa disposition pour détruire tous les encombrants physiques constitués des annexes et cours fermées de la briqueterie de Kobaya. Après l’opération, le Secrétaire général, l’Inspecteur adjoint et le Directeur communal de l’Habitat et de la construction ont adressé chacun un message à la population.

Ingénieur Camara Mohamed Maama, Secrétaire General « Le Département de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, en cette saison hivernale, a décidé de dégager les sites critiques susceptibles de créer des inondations et des occupations anarchiques constatés par-ci et par-là. C’est cela le motif de la présence des services techniques du Ministère et la brigade de la Gendarmerie dans la cours de l’ex Briqueterie de Kobaya. Nous avons constaté des constructions non autorisées sur un site sécurité par un Titre Foncier établis au non de l’Etat. Au nom de Monsieur le Ministre, Dr Ibrahima Kourouma, qui a demandé que je sois ici en personne, nous avons, dans cette mission régalienne, pris toutes les dispositions pour mettre fin aux occupations anarchiques et rétablir l’Etat dans son droit.»

Ingénieur Bangoura Seydou, Directeur communal de l’habitat de Ratoma « Cet ex briqueterie est un équipement collectif classé par le Décret 211. Après la disparition de l’usine, le site a été réservé pour un équipement où l’Escadron occupe une partie et l’autre partie sera réservée à l’Education. Ceux qui s’en accaparent de certaines portions, c’est-à-dire des coutumiers ne nous informent pas. Par contre nous avons constaté qu’ils étaient en train d’occuper ce site appartenant à l’Etat. Nous avons remonté l’information l’Autorité, c’est-à-dire le Département de la Ville et de l’Aménagement du Territoire pour que des dispositions idoines soient prises… »

Monsieur Komma, Inspecteur Adjoint « Je suis personnellement passé ici pour dire à la communauté et l’autorité locale que le bien de l’Etat est inaliénable et imprescriptible conformément à la loi, c’est-à-dire au Code foncier et domanial. Nous avons longuement échangé avec les soit disant coutumiers qui pensent que leurs arrières grands parents avaient vécu ici et, en conséquence ils peuvent occuper ce site. Cependant dans le plan triennal sous la Première République, ce site a été classé comme une zone réserve de l’Etat et, les Yougoslaves ont construit l’usine qui est la Briqueterie de Kobaya. Les preuves d’ailleurs sont les vestiges de l’usine qui sont encore en place. Vu l’acharnement des coutumiers pour l’occupation du site, nous avons procédé d’abord à une sensibilisation sur le terrain et au bureau, puis à l’arrêt des travaux… »

 

Avec CCG

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée/Politique générale du gouvernement: vers la création de 40 000 nouveaux emplois

À l’occasion de la présentation de la politique Générale du gouvernement, le premier Ministre chef …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *