Accueil / Société / Militarisation de l’axe le prince : Bloc-Libéral (BL), compte s’exprimer à travers une grève de la faim

Militarisation de l’axe le prince : Bloc-Libéral (BL), compte s’exprimer à travers une grève de la faim

Le président du parti bloc libéral (BL), Dr Faya Millimono a tenu lundi 26 novembre 2018 une conférence de presse à Conakry afin de dévoiler son option pour une sortie de crise au sein du système éducatif guinéen et aussi contraindre l’État de retirer l’armée sur l’axe le prince. 
Pour atteindre à ses objectifs, Dr Faya Millimono compte le faire à travers une grève de la faim comme d’habitude pour demander au gouvernement de résoudre ce problème qui paralyse tout le système éducatif du pays.
« À cette période de crise et un gouvernement qui puisse dormir en paix pendant deux (2) mois, sans que les enfants ne soient à l’école, c’est un crime et une autre crise. Nous invitons le gouvernement à faire un examen de conscience, parce que c’est l’avenir de la Guinée qui est en jeu que tout le monde voit. Il faut que l’État vienne autour de la table avec le SLECG » déclare-t-il.
Selon lui, au cas où, le gouvernement de Kassory Fofanaserait encore campé sur sa position, le bloc Libéral envisage à cet effet une méthode pour contraindre l’État de céder.

 

« Si cela ne se fait pas, alors le BL a dans les jours à venir une action à poser, parce que les enfants doivent aller à l’école. Mais puisque les enfants doivent être en classe et que le gouvernement continu à faire sourde d’oreille, ces messieurs et dames autour de moi, décide d’entamer une grève de la faim, pour obliger l’État guinéen à s’engager dans une négociation de toutes bonnes fois pour permettre une reprise effective des écoles en Guinée ».

Plus loin, le président du BL a fait savoir qu’il n’y a que cette crise qui paralyse le secteur éducatif, qui reste la seule priorité pour le BL à ce jour.

Parlant de la militarisation de l’axe le prince, Dr Faya a souligné que cette situation figure dans le combat qu’il compte mener dans les prochains jours.

« Nous-nous engageons à faire la même chose, pour une autre dérive que nous vivons aujourd’hui et vécues par le passé. Vous avez vu au palais du peuple sur les nattes pour que les militaires quittent Womey à travers une grève de la faim, ou certes on avait déploré la mort de 8 de nos compatriotes. Mais l’occupation a conduit à plus d’une vingtaine de personnes tuées et aujourd’hui encore, Nous le disons à haut et fort, la militarisation de nos quartiers est contraire à notre constitution et contraire à nos lois ».

« Cette décision devait s’appliquer face à une situation de l’État d’urgence ou en guerre mais, hélas aucune de ces situations n’est là aujourd’hui, malgré tous nos quartiers sont militarisés obligeant nos citoyens à rentrer à partir de 20h chez eux. Donc pourquoi nous décidons à nouveau d’entamer cette grève de la faim » a-t-il conclut.

 

 

Ibrahima Sory Camara

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée/Sécurité : le nouveau Directeur de la DPJ installé dans ses fonctions

Nommé le 03 décembre dernier par décret présidentiel, le tout nouveau Directeur général de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.