Accueil / Politique / Célébration du 8 mars à Matam : Le RGD jubile avec les femmes

Célébration du 8 mars à Matam : Le RGD jubile avec les femmes

Les délégations des localités de N’Zérékoré, Kissidougou, Boké, Mamou, Faranah, Mandiana, Coyah, îles de loos, Matoto, Matam, Dixinn, Kaloum… ont pris part à cette célébration de la journée internationale des femmes pour l’égalité des droits.

Une journée que le bureau exécutif du parti du Rassemblement guinéen pour le développement (RGD) a mis à profit pour faire savoir à la femme guinéenne qu’elle a sa place dans ses instances et aura sa place d’honneur une fois que leur leader sera porté à la magistrature suprême du pays. La cérémonie a eu lieu, ce vendredi 8 mars 2019 dans la commune de Matam.

« Depuis fort longtemps, on attendait ce président qui pense aux femmes. Si aujourd’hui, quelqu’un est venu avec cette idée, vraiment nous allons lui prendre à bras ouvert. Nous lui soutenons jusqu’au palais Sékhoutouréya en 2020 », a d’emblée fait remarquer la Représentante du RGD à Kissidougou, Sylla Salématou.                                 Puis de poursuivre en précisant ceci : « vous voyez aujourd’hui, c’est la fête internationale, normalement dans notre pays cette fête ça se fête au palais du peuple. Mais si vous avez vu qu’on a particularisé cette fête, c’est pour montrer aux femmes combien de fois le président AKC est avec nous », a-t-elle précisé.

De son côté, la Représentante de N’Zérékoré, Agnès Kpomy de confier que si elle s’est déplacée de loin pour être à Conakry que c’est  à cause du président du RGD.

Avant d’ajouter qu’elles se sont engagées à cause du programme de société de ce dernier. « C’est lui qu’on attendait pour qu’il puisse venir vraiment s’occuper des femmes sans distinction », a-t-elle déclaré.

Et de conclure en indiquant que ce qu’elles ont beaucoup déploré en Guinée de par le passé est qu’aucun dirigeant ne s‘est encore suffisamment impliqué pour la cause de la femme. « Ils n’ont pas beaucoup pensé aux femmes. Nous voulons que le président Kabèlè en 2020 une fois à la tête de l’Etat qu’il prenne au moins les 70% des femmes pour les places de prises de décisions », a-t-il souhaité.

 

Dans son intervention à l’endroit de la gente féminine guinéenne, le président du RGD, Me Abdoul Kabèlè Camara, s’est réjouit d’accueillir les militantes et sympathisantes de RGD au nom du parti en ce jour dédié à la femme. « Je voudrais vous saluer pour votre engagement et votre bravoure pour le rôle fondamental que vous jouez au quotidien », a introduit le leader de RGD.

Partant du thème de cette 42ème journée internationale de la femme : ‘’penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement’’.

Me Kabèlè a laissé entendre que l’objectif est de réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Selon lui, ledit thème correspond parfaitement à l’un des objectifs contenus dans la vision du RGD. « Le RGD au pouvoir, mon premier engagement à vos côtés est de m’investir sincèrement et efficacement pour la promotion du travail décent et l’emploi pour les femmes dans un climat de paix et d’équité », dit-il.

Puis de préciser qu’ils veilleront à assurer avec elles un suivi progressif de l’amélioration de la condition de la femme et mesurer son implication dans toutes les instances de décision. « Vos besoins réels exprimés à tous les niveaux seront pris en compte. Mais ça sera à vous femmes de Guinée de prendre consciences en ce moment des défis qui restent à relever et les opportunités qui vous seront offertes », a-t-il ajouté.

Afin d’éviter à celles-ci toutes formes de manipulations politiques et électoralistes de nature à les éloigner de l’essentiel que sont la lutte contre pauvreté, l’émancipation réelle de la femme dans tous les domaines de la vie de la nation.

L’homme politique de jeter un regard sur le passé en s’interrogeant qu’après 61 ans d’indépendance, est-ce que les femmes guinéennes sont-elles épanouis ? Est-ce qu’elles sont émancipées ? Jouissent-elles des conditions économiques et sociales justes et favorables ? La parité homme et femme, la protection sociale, où en sommes-nous ?

« Hélas ! Le constat peut s’avérer amer. Car les injustices faites aux femmes sont encore trop nombreuses », a-t-il déploré.

Pour lui, la femme guinéenne est victime de toutes les illégalités sociales et professionnelles.

« Mon engagement dans cette situation, c’est l’apprentissage de l’égalité à l’école. Car tout s’apprend, même l’égalité. Les préjugés et les stéréotypes se combattent dès le plus jeune âge, c’est-à-dire dès l’école primaire », a-t-il fait savoir.

Dans la même veine, il a relevé qu’au RGD, la femme ne sera jamais reléguée au second plan. « Vous serez plutôt à l’avant-garde », précise-t-il.

Selon l’ancien ministre de la défense et de sécurité son parti sera toujours leur instrument de mis en échec de la pré-domination masculine.

« En claire, la lutte pour l’autonomisation des femmes sera gagnée avec le RGD », a-t-il conclu.

 

Richard TAMONE pour Guineequotidien.com

(+224) 664 44 47 21

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée : la CEDEAO invalide le délai de transition de trois ans

Le délai de transition fixé en Guinée est en total désaccord avec les dirigeants de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.