Accueil / Société / Guinée : Le pays lance la vaccination contre le virus Ebola

Guinée : Le pays lance la vaccination contre le virus Ebola

L’objectif de la Guinée est d’éradiquer « en six semaines » le virus Ebola de son territoire. Pour cela, la campagne de vaccination contre la fièvre hémorragique a été lancée mardi dans le pays, plus d’une semaine après la résurgence de la maladie.

La campagne a pu démarrer après l’arrivée lundi soir à Conakry de plus de 11.000 doses de vaccin fournies par l’Organisation mondiale de la santé, qui prévoit d’acheminer prochainement des Etats-Unis 8.500 doses supplémentaires.

Sur le terrain, l’immunisation a débuté à Gouécké, une localité du sud où les premiers cas ont été détectés le 13 février, cinq ans après une épidémie meurtrière en Afrique de l’Ouest. Les autorités guinéennes, dont les chiffres ont fluctué, ont jusqu’à présent généralement évoqué cinq décès depuis la résurgence de la maladie. Dans son dernier bulletin mardi soir, l’agence sanitaire (ANSS) a publié un tableau comptabilisant six décès « communautaires » et deux décès « hospitaliers », dont celui d’un « cas suspect » mort lundi à Nzérékoré, ce qui porterait en fait le nombre de morts à huit. Mais dans le même document, l’ANSS fait état de « six décès, dont cinq cas probables et un cas confirmé à la date du 22 février », rendant difficile l’établissement d’un bilan précis.

« Montrer l’exemple »

« Les vaccins sont en mesure de nous aider à stopper la propagation de la maladie. Ils sont destinés essentiellement au cercle des contacts des cas que nous connaissons, et aussi à un deuxième cercle éventuellement, pour nous assurer d’interrompre la chaîne de transmission », a dit le représentant de l’OMS en Guinée, Georges Ki-Zerbo, qui a fait le déplacement à Gouécké avec le ministre de la Santé, le général Rémy Lamah.

Une petite cérémonie a rassemblé plusieurs dizaines de personnes devant le centre de santé, dont des jeunes, des femmes et le préfet et le sous-préfet, qui ont reçu le vaccin « pour montrer l’exemple ». Un imam et un pasteur ont pris la parole pour inciter les populations à se faire vacciner. Originaire de la région, le général Lamah a reconnu avoir dû parlementer toute une journée avec les chefs locaux pour lever leurs réticences. Et lors de la cérémonie, il a tonné contre les « mauvaises personnes » qui refusent la vaccination.

Un taux de létalité moyen de 50 %

Les autorités sanitaires guinéennes, comme l’OMS ou les ONG spécialisées, savent que sans l’adhésion des populations, il sera très difficile de lutter efficacement contre cette maladie qui provoque une fièvre brutale, des maux de tête, des vomissements et diarrhées, et dont le taux de létalité moyen est de 50 % selon l’OMS.

 

Avec AFP

A propos guiquo-admin

Check Also

Interdiction des prières nocturnes dans les mosquées: le FNDC condamne cet assassinat de trop et les violences exercées sur les citoyens

Le lundi 3 mai 2021, le gouvernement guinéen, à travers une décision du Secrétariat Général …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.