Accueil / Société / Université Général Lansana Conté de Sonfonia: les nouvelles autorités engagent des réformes

Université Général Lansana Conté de Sonfonia: les nouvelles autorités engagent des réformes

Dans le cadre de la réforme du système éducatif guinéen,tant ambitionné par le chef de l’État,le Professeur Alpha CONDE, l’université Général Lansana CONTÉ de SONFONIA, à sa tête, Professeur Ahmadou Oury Côté BAH, n’amenage aucun effort pour faire de l’institution la vitrine des Universités Guinéennes.

C’est dans ce contexte qu’un rapport explicatif des plaintes relatives au recrutement et au cas  de Fayimba MARA, enseignant chercheur de la dite Université, remplacé.
Ce présent rapport est une explication justifiant certains aspects associés au dernier cas de recrutement d’enseignants au sein de l’université et qui a soulevé divers écueils, d’une part, et les éclaircissements concernant le cas de Fayimba MARA, d’autre part. Le ministre sujet en cause est précédé D’un état des lieux sommaire du contexte actuel de l’institution.
Au premier point, il y’a l’état des lieux sommaire du contexte actuel de l’université de SONFONIA.
Parmi les institutions d’enseignement supérieur public, elle est la plus jeune. Vu son effectif, elle est la plus peuplée. Le nombre d’étudiants avoisine 18 758 dont 6254 filles et 37 étrangers, partagés entre 106 groupes pédagogiques et ventilés dans les 41 salles de classes, encadrés par 514 enseignants chercheurs.
Entre autres réformes engagées par les nouvelles autorités de l’université de SONFONIA, la modernisation de la gestion des étudiants par le service de scolarité à travers :
– Existence d’un réseau Internet
– Présence d’une base de données partagée qui permet la gestion de toutes les informations relatives aux étudiants compris leurs photos et produisant tous les documents pédagogiques
– Impression sur place des diplômes de licence sécurisés d’une part par les références de la note de service concernée de Monsieur le Recteur, et d’autre part, par un macaron représentant le Seau de l’université.
– Présence dans la cour de la scolarité de deux espaces aménagés et des chaises plastiques pour l’accueil des étudiants.
L’université Comprend 4 facultés, 16 départements, 16 masters de deux écoles doctorales.
Au compte de deux écoles doctorales,un effectif de 151 dont 7 femmes et 410 dans les masters toutes options confondues.
Pour résoudre les épineux problèmes liés aux effectifs, la nouvelle autorité a pris diverses mesures :
– La réalisation d’un projet de construction d’un hôtel universitaire dont les études et les rapports d’étapes ont été transmis au département courant 2020
– l’achat de 500 tables bancs dont 250 ,sur les 50% des frais d’inscription et de réinscription de l’année précédente,et 250 sur la subvention de cette année.
– la démultiplication des groupes pédagogiques
– le recrutement de la fonction publique, en deux ans,de 124 enseignants avec l’aide du département.
– la négociation de la construction d’un amphithéâtre de 730 places avec la banque islamique,dont la pose de la première pierre est prévue dans 10 jours, par le donateur et son Excellence Monsieur le Ministre.
– l’aménagement et l’équipement du bâtiment qui abrite le projet Indigo,le service des relations avec les entreprises.
Pour l’assainissement du fichier du personnel, l’autorité universitaire procède à la radiation de 37 contractuels et 6 enseignants pour abandon de poste.
Une connexion Wi-Fi à haut débit y  sera installé avec KAGNY TECHNOLOGIE
Une salle multimédia et un cybercafé, l’installation d’une salle vidéoconférence,la mise en place d’une bibliothèque virtuelle y seront aménagés, grâce au partenariat.
Au jour d’aujourd’hui, l’université est parvenue à :
-Câbler tout le campus
– Déployer le serveur, envoyer de la connexion internet dans la cité et localiser la salle multimédia et cybercafé
Au jour d’aujourd’hui, les cours se tiennent régulièrement,tous les jours ouvrables, malgré les agissements d’un groupuscule qui serait dirigé par Fayimba MARA, doctorant depuis 2015 et qui n’existerait plus sur aucune liste des enseignants qui dispensent des cours en droit
Les relations extérieures ont permis d’être en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Tous les partenariats permettront l’amélioration de la qualité du système.
L’université de SONFONIA a rencontré beaucoup de difficultés dont entre autres :
-Le financement des études avancées
-L’insuffisance de la capacité d’accueil de l’université,au regard des effectifs toujours croissant
Pour cela, les autorités universitaires comptent louer des salles à foulamadiana et d’autres au sein de l’université Cheikh Modibo Diarra
– La supression de la ligne d’investissement de la subvention de l’université.
En ce qui concerne le recrutement des candidats, selon l’arrêté N° 2019/061/MERS/CAB du 18 janvier 3019.
Cet arrêté stipule que tout candidat au recrutement doit être titulaire d’un doctorat ou de tout autre diplôme reconnu équivalent et en relation avec sa spécialité. L’intéressé ne peut postuler et être retenu que pour des postes prévus par le cadre organique et vacants et à propos desquels l’individu a des compétences avérées. Parmis les individus qui réclament leur recrutement, sur 32, il n’y a que 5 qui ont le master.
Ceux qui se sont plaints de n’avoir pas été recrutés, il y’en  a qui ont voulu des postes de chauffeur, de vigile, de secrétariat, de gardiennage, etc…
Et pourtant,les individus qui ont été recrutés pour leur aptitude au nettoyage ou gardiennage ne sont pas forcément aptes et indiqués à être recrutés pour un poste d’enseignant chercheur.
Le cas de Fayimba MARA découlerait
 des désaccords dans l’application des clauses du financement de sa thèse
Il voudrait que l’université assure le financement doctoral moyennant la périodique des rapports relatifs à l’état d’avancement de ses travaux de recherche dans le cadre de sa thèse.
Mais,il s’est avéré qu’après  un financement de 50 millions sur trois ans, la suite du financement aurait été assuré par le ministère de tutelle.
Malgré tout le financement, Monsieur MARA n’aurait produit aucun rapport d’étape,ni thèse jusqu’à présent. Il n’aurait donné aucun cours depuis 2019 et ne se trouverait dans aucune équipe de recherche à la faculté des sciences juridiques et politiques, au regard des emplois du temps qui en font foi.
Pour illustrer ce que nous vous avons mentionné, nous dirons :
-Qu’il ya les reçus de perception des montants de financement du doctorat
– les emplois du temps établis par les chefs de département n’indiquant nulle part son implication dans l’enseignement des cours dans sa faculté
– le registre de contrôle des enseignants dans lequel il n’y a aucun des ses émargements
– la liste des membres du bureau de la section syndicale du SLECG qu’il aurait mise en place à l’université de SONFONIA et dont il est le Secrétaire général.
Son remplacement au poste du Directeur Adjoint du service des études avancées, après abandon, le mettrait en état de perpétuelle lutte pour faire partir de l’équipe actuelle du Rectorat.
Nous y reviendrons.
Moustapha DRAMÉ

 

A propos guiquo-admin

Check Also

Guinée : Les villes de Kindia et Boké abriteront au mois de juin, la 1ère édition du festival axé sur les enjeux liés à la dégradation de l’environnement

En prélude du lancement de la première édition du festival axé sur les enjeux liés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.