Accueil / Société / Fourniture de l’électricité à Boffa : La demande plus forte que l’offre

Fourniture de l’électricité à Boffa : La demande plus forte que l’offre

 

A l’image des autres centres urbains, la préfecture de Boffa s’agrandit du jour le jour. Le seul hic est que les services de l’Etat n’évoluent pas au même rythme que la ville. La société d’électricité de Guinée en est un des services qui du mal suivre cette mutation.

« La société Kama qui était là en 2012-2013, qui devait faire la couverture de toute la commune de Boffa, malheureusement elle ne l’a pas fait comme il fallait. Aujourd’hui la population évolue en périphérie, tandis que Kama a travaillé juste sur le plateau de la
préfecture et la mairie. La population qui est en dehors de ce plateau réclame le courant. Mais elles n’ont ni poteau, ni files, ni transformateurs» a souligné le directeur d’électricité de Guinée de Boffa, Aly Camara.

Pour alimenter cette ville un groupe électrogène d’une capacité de 1200 KVA a été trouvé : « le groupe est tombé en panne, il y a 9 mois de cela, au mois d’avril dernier, suite à ça, l’EDG a payé un groupe qui a 750 KVA. Donc la première puissance divisée par deux ».
Un problème d’alternateur serait à la base de la panne. *

 

« Il est à la centrale de Tombo, (Conakry), dans les mains des techniciens de l’EDG ».
A l’en croire, à chaque fois qu’il appelle, ces derniers, on lui dit qu’ils sont en train de faire l’essai. « Ça fait maintenant deux mois. On m’a dit que c’est fini, qu’ils contrôlent les paramètres, parce que l’alternateur est venu de l’occident avec des paramètres, donc avec le  rembobinage certaines caractéristiques vont se perdre. C’est pourquoi ils sont en train de faire les essais. Donc ils se rassurent du dépannage, pour ne pas ramener et que ça retombe en panne ».
Interrogé sur comment il alimente présentement la ville : « aujourd’hui quand je démarre le groupe de 750 KVA. Je coupe d’abord tous les transformateurs de distribution. Puis je remets les transformateurs à chaque dix minute d’intervalle. C’est comme une voiture qui est en train de marcher : je vais d’abord première, deuxième jusqu’à la cinquième. C’est comme ça, on se débrouille ».

Selon lui, toute la ville peut avoir le courant le même jour mais pas

à la même heure.
Si vous lancez au même moment quel pourra être l’impact? Lui a-t-on demandé.

« Le groupe ne peut pas. Il va s’écraser. Déjà la puissance apparente des transformateurs ça fait 890 KVA et le groupe en a 750. Vous avez vu pour embarquer tout le monde, il faut au moins tricher sur le temps », dit-il.
Poursuivant, il a déclaré qu’avec ledit système, il parvint alimenter tout le monde, jusqu’à l’arrêt. De 19 heures à 1 heure du matin.

Parlant des localités qui en réclament, il a cité les districts de

Domiya, Torodoya, Thiè. Un rapport a déjà été produit, mais il doit être validé par la direction centrale de l’EDG.

Kataco Katom

A propos guiquo-admin

Check Also

Construction anarchique des stations-service: le ministre des hydrocarbures menace de fermer les stations qui ne sont pas en règle

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animé vendredi, 17 janvier 2020, dans réceptif hôtelier de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.