Accueil / International / L’Afrique/GAZ: Le projet de gazoduc vers l’Europe est réactivé
ARCHIVE - De plus de 4 000 km et d'un coût de 13 milliards de dollars, il va raccorder les champs du Nigeria au réseau algérien en passant par le Niger. Foto: Stefan Sauer/dpa

L’Afrique/GAZ: Le projet de gazoduc vers l’Europe est réactivé

De plus de 4 000 km et d’un coût de 13 milliards de dollars, il va raccorder les champs du Nigeria au réseau algérien en passant par le Niger.

L’Algérie, le Niger et le Nigeria sont convenus de concrétiser la réalisation du projet du Trans-Sahara Gas-Pipeline (TSGP), permettant l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel et le développement socio-économique des trois pays. Réunis à Abuja, les ministres chargés de l’Énergie des trois pays ont décidé de mettre en place une Task-force pour mieux faire avancer le TSGP et ont désigné l’entité qui sera chargée de la réactualisation de l’étude de faisabilité. Ils ont convenu de se réunir fin juillet à Alger pour valider les propositions de la Task-force. Toutes ces activités sont chapeautées par un Comité de pilotage constitué des trois ministres et des directeurs des sociétés nationales d’hydrocarbures des trois pays.

Le gazoduc qui « peut être réalisé en trois ans » permettrait de transporter 20 à 30 milliards de mètres cubes de gaz depuis le Nigeria jusqu’à la côte méditerranéenne algérienne, en interconnectant d’autres pays, tel que le Mali et le Tchad, a indiqué l’Agence Algérie presse service (APS). La réactivation du projet TSGP « intervient dans un contexte géopolitique et énergétique marqué par une forte demande sur le gaz et le pétrole et par une offre stagnante en raison de la baisse des investissements », a déclaré le ministre algérien de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab.

Selon le ministre nigérian chargé des ressources pétrolières, Chief Timipré Sylva, ce projet « rapprochera nos énormes ressources gazières » du marché européen, notamment en raison du coût élevé du gaz occasionné par la guerre russo-ukrainienne. « Aujourd’hui, beaucoup de gaz au Nigeria est bloqué ou réinjecté parce qu’il n’y a pas d’infrastructure pour amener le gaz sur le marché », a-t-il ajouté.

Les trois pays ont « fait le choix de mettre en commun toutes les énergies et les intelligences nécessaires pour redémarrer ce projet et l’amener à bon port », selon le ministre nigérien du Pétrole Mahamane Sani Mahamadou. D’un coût estimé à 13 milliards de dollars, ce gazoduc d’une longueur de 4 128 km, va relier les champs gaziers du Nigeria à partir de Warri, en passant par le Niger pour se raccorder au réseau algérien qui dispose de plus de 22 000 km de pipeline.

 

Avec dpa-news

A propos guiquo-admin

Check Also

Les manifestations contre la vie chère dégénèrent en Sierra Leone, deux policiers tués

Deux membres des forces de sécurité ont été, mercredi, frappés à mort lors d’une manifestation contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.