Accueil / International / Burkina Faso : Paiements numériques pour lutter contre le financement du terrorisme

Burkina Faso : Paiements numériques pour lutter contre le financement du terrorisme

Le terrorisme continue de gagner du terrain au Sahel africain où les conditions de sécurité se sont encore détériorées.

Dans un souci de lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, le Burkina Faso a rendu obligatoire le paiement, uniquement par des moyens numériques, de certaines opérations. L’information a été rapportée par l’Agence d’information burkinabè (AIB), citant un décret, en la matière, émis par le président Roch Marc Christian Kaboré. Ainsi, au plus tard le 31 décembre 2020, le paiement des salaires, des indemnités et autres prestations dus par l’État, les administrations publiques, les établissements publics de l’État et les sociétés d’État, devront se faire numériquement, a-t-on précisé.

Il en sera, de même, pour les salaires, les factures et les frais d’établissement de visas d’entrée au Burkina Faso, dans les représentations diplomatiques et consulaires. Le paiement des frais d’inscription dans les universités publiques et privées devra également se faire numériquement, au plus tard le 31 décembre 2020.

La date limite du 31 décembre 2021 englobe le paiement des impôts, taxes et prestations en argent dus à l’État et à ses démembrements autres que les collectivités territoriales. Il en sera de même pour le paiement des frais d’inscription aux concours de la Fonction publique, des bourses d’études, des aides et prêts aux étudiants.

Le paiement des pensions, allocations familiales, subventions et transferts sociaux doit également se faire numériquement, au plus tard le 31 décembre 2021. « Tout paiement numérique donne droit à la délivrance d’un document matérialisant l’opération », selon le décret présidentiel.

Le terrorisme continue de gagner du terrain au Sahel africain où les conditions de sécurité se sont encore détériorées, particulièrement dans le triangle du « Liptako-Gourma », situé entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, et dans le bassin du lac Tchad. Les attaques terroristes menées dans ces trois pays (Burkina Faso, Mali, et Niger) ont fait au moins 4000 morts (civils et militaires) en 2019, selon le « Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel » (UNOWAS).

 

Avec dpa-news

A propos guiquo-admin

Check Also

Mali: l’ex-ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane nommé Premier ministre de transition

La télévision d’Etat Ortm annonce que c’est un ancien ministre des Affaires étrangères que les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.