Accueil / Société / Guinée/Santé: Certains citoyens désapprouvent l’arrêt de la vente des médicaments sur le marché noir

Guinée/Santé: Certains citoyens désapprouvent l’arrêt de la vente des médicaments sur le marché noir

l’interdiction de la vente des produits pharmaceutiques par des commerçants non agréés par les autorités  a provoqué des complications chez certains citoyens qui ont l’habitude de se procurer des médicaments dans les boutiques non agréées.

face à cette situation, notre reporter s’est rendu sur le terrain pour connaitre l’avis des citoyens consernant l’arrêt de la vente des médicaments sur le marché noir.

Pour madame Sira Traoré, cette décision des autorités est compliquée et qu’elle n’approuve pas.

« L’affaire là , je trouve cela très compliqué , ce que l’État doit savoir, toutes les personnes n’ont pas les même mode de vie et moyens. L’Etat devrait d’abord baiser le prix des médicaments de la pharmacie avant d’arrêter la vente sur le marché noir « .

De son côté, Fatoumata Diallo n’est pas aussi contente pour la femeture de ces boutiques.

« Ce n’est pas toutes les personnes qui ont les moyens d’aller faire des achats dans les pharmacies, le marché noir est moins cher que les pharmacies. Les vendeurs du marché noir ont un prix plus bas que ceux des pharmaciens. Par exemple, quand tu achetes un produit à 2000fg sur le marche, à la pharmacie c’est plus cher « .

Par ailleurs, certains citoyens se sentent rassurer pour la fermetures car, les produits de la pharmacie sont plus efficaces que ceux du marché noir.

 » les produits de la pharmacie sont chers mais ces produits sont plus efficaces et ce n’est pas à la porté de n’importe qui. Les pharmaciens qui vendent ces produit ce sont leurs spécialités en plus quand tu te rend à la pharmacie et tu achetes un produit, il t’explique et te donne des consignes ». Indique-t-il Oumar Cissé

 

Adama Diallo pour guineequotidien

A propos guiquo-admin

Check Also

Sitôt ouvert, le procès du 28-Septembre en Guinée renvoyé au 4 octobre

Treize ans après les violences commises le 28 septembre 2009 au stade de Conakry, le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.