Accueil / Actualité / Me Salifou Béavogui : « Balai citoyen est devenu une référence dans le cadre de la lutte contre tous les fléaux »

Me Salifou Béavogui : « Balai citoyen est devenu une référence dans le cadre de la lutte contre tous les fléaux »

Dr Ousmane Kaba, président du parti PADES et député à l’Assemblée nationale a été accusé d’avoir tenu des propos ethnocentriques, régionaliste lors de sa tournée en haute Guinée par une ONG de la place.

Depuis le vendredi 03 août dernier, l’ONG Balai Citoyen a porté plainte contre Dr Ousmane Kaba, président du parti PADES et député à l’Assemblée nationale devant le procureur général et le procureur de la République après le tribunal de première instance de Dixinn.

Selon Sékou Koundouno, président de la cellule balai citoyen, lors d’un point de presse de lundi 06 Août 2018 avec son avocat Me Béavogui, « Dr Ousmane Kaba a tenu le 31 juillet 2018, lors d’une tournée en haute Guinée des propos qui fait la promotion de la propagande et l’ethnocentrisme. »

Pour justifier le bien-fondé de cette plainte de balai citoyen, l’avocat Me Salifou Béavogui a dit que la cellule balai Citoyen a constaté qu’un leader politique, de surcroît député étant à l’intérieur du pays précisément en haute Guinée s’exprimant dans la radio Milo Fm a tenu des propos ethnocentriques.

Selon Me Salif Béavogui, l’honorable député à l’Assemblée nationale Dr Ousmane Kaba disait ceci : « Et même le général Sékouba Konaté doit être associé puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au manding, car les autres voulaient eux aussi le pouvoir ».

Plus loin, Me Bea explique que c’est une déclaration profonde qui est mise à l’analyse de tous les Guinéens.

 

« Ici en Guinée, le pouvoir est donné par le peuple et de façon démocratique dans les urnes, à travers un scrutin organisé conformément au code électoral qui donne le pouvoir. Ce n’est pas un homme qui donne le pouvoir. Donc, affirmé que le général Sékouba Konaté doit être associé puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au manding, car les autres voulaient eux aussi le pouvoir. La cellule balai citoyen a décidé de saisir le procureur général et le procureur de la République après le tribunal de première instance de Dixinn. C’est une saisine simultanée à la suite de laquelle j’ai été constitué par cette ONG pour assurer leur défense. J’attends assumé cette défense conformément à la loi ».

À en croire l’avocat, sur le fondement de l’article 4 de la constitution guinéenne qui dispose que quiconque par acte de discrimination raciale, ethnique, religieuse ou par un acte de propagande régionaliste ou par tout autre acte qui porte à l’unité nationale, la sécurité de l’État, à l’intégrité du territoire de la République ou au fonctionnement démocratique des institutions, est puni par cet article.

« L’article 4 de la constitution renvoi aux articles 313, 314 et 533 du Code pénal sur la discrimination, les propos régionalistes, ethnocentriques sont regroupés dans les dispositions que je viens d’énoncer et qui permettent une poursuite sereine, équitable contre l’auteur de ces propos. Nous sommes en flagrant délit et on n’a même pas besoin de lever l’humilité parlementaire de ce député. La plainte peut connaitre une suite maintenant. »

Pour finir, il a mentionné que balai citoyen est devenu une référence dans le cadre de la lutte contre tous les fléaux qui sont de nature à porter atteinte à l’intégrité, la stabilité et les valeurs démocratiques de la Guinée.

 

 

Ibra Camara

A propos guiquo-admin

Check Also

Opinion : refusons l’inertie face à une classe politique qui manque de vision (Par Ousmane Keita)

La classe politique, partisane et artisane d’une série de consensus au détriment de la loi. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.